Un réveillon très chaud (3)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Un réveillon très chaud (3)Un léger coup d’œil sur ma poitrine me confirma ce que je ressentais, mes tétons pointaient fièrement et ce n’était pas dû au froid, fallait que je me rende à l’évidence, moi aussi cette situation m’excitait. Tony me voyant avec mon sac en main, me sourit tristement, tout en me demandant si je partais. Tout en me jetant à son cou, je répondais que je restais et ma bouche se collait à la sienne. A la fin de notre baiser il me demandait comment c’était possible et j’inventai à moitié la raison de ma présence, que mon homme un peu éméché avait raccompagné ses deux copains bourrés et qu’il ne reviendrait pas et que moi j’avais retrouvé une copine et comme je voulais encore profiter de la soirée elle s’était proposée de me ramener.- Et il t’a cru ? Me demanda Tony en riant.- Ma foi, oui puisque je suis là.- Viens ça s’arrose, suis super content. Il demanda à un de ses copains de lui trouver deux coupes et du champagne. Je lui disais que ce n’était pas la peine, que j’allais être pompette. Sa réponse me surpris un petit peu elle était pleine de sous entendu.- Mais c’est bien une fille avec un coup dans le nez.- Pourquoi ?- Parce que elle se lâche et elle ose.- Et toi tu kiffe les meufs qui osent, c’est ça ?- Quel mec n’aimerait pas.Il me tendit une coupe et on trinqua à la bonne année. Je me dis que j’allais être plus que pompette si je continuais ainsi, mais pour le moment je me trouvais dans une douce euphorie, grisée par l’alcool. Je me laissais porter par les événements. Je dansais avec Tony deux ou trois rock, puis sur du reggae en compagnie de deux de ses copains qu’il m’avait présenté auparavant Hugo et Alban. J’avais remarqué que les femmes (épouses ou petites amies) faisant partie du groupe de Tony me regardaient avec des yeux acérés et j’en faisais part à Tony.- C’est qu’elles te voient comme un danger pour elles, belle et sexy comme tu es leur mari ou compagnon sont sur le point de succomber à tes charmes.- Donc ne vaut mieux pas que je m’approche alors.- Et pour éviter la moindre embrouille c’est pour ça que nous restons de ce coté de la table et Hugo, Alban et moi sommes célibataires donc tu n’as avoir aucune crainte de ce coté là.Durant le temps de nos échanges, sa main droite n’avait pas cessé de me caresser les fesses, faisant parfois légèrement remonter l’ourlet de ma courte robe et dévoiler aux regards la base de mes rondeurs. Par deux fois, ses doigts avaient même glissé brièvement entre mes cuisses et avaient pu constater la moiteur de ma fente. Je ne l’avais même pas sermonné pour ce geste plus que déplacé en public. La musique Antillaise avait retrouvé la piste en même temps que nous. Le DJ avait du mal à inviter les danseurs, entre fatigue et les nombreux convives qui étaient partis, nous n’étions que cinq couples sur la piste et par delà l’attraction de la petite assemblée restante. Ce qui n’empêcha pas Tony de me caresser seins et fesses et de nous embrasser passionnément. Cela ne me gênait pas le moins du monde, toutes façons ma réputation devait être faite depuis le début de se réveillon et cela m’était bien égal n’y connaissant personne. Je dansais aussi avec Hugo et Alban de façon bien plus conventionnelle mais tout de même assez collé l’un à l’autre. L’ambiance tombait à mesure que l’heure avançait et Tony demanda à Hugo s’il connaissait un “after” et Alban dit qu’il en connaissait mais ce n’était pas à côté, facilement une demi-heure en voiture. – T’es d’accord ? Me demanda Tony.- Moi, je vous suis, de toute façon je suis à pieds.Et Tony tendit les clés de sa voiture en demandant à Hugo d’aller la démarrer pour chauffer l’habitacle. Cinq grosses minutes après, nous récupérions nos manteaux au vestiaire et on retrouvait Hugo appuyé sur la voiture fumant une cigarette, faut dire que la nuit n’était pas glaciale ce que me confirma l’affichage au tableau de bord de la température extérieure 9 ° pour une nuit de la Saint Sylvestre on peut parler de relative douceur. Tony ouvra la portière arrière et une bouffée de chaleur m’enveloppa, du coup j’ôtais mon manteau que je jetais sur la plage arrière et en entrant dans la voiture j’offrais à Tony et à Alban un coup d’œil imprenable sur mon intimité tout de même dissimulée par la pénombre. Une fois tous installés, Tony recommanda à Hugo de conduire à la “pépère”, et Alban nous parla de cette boite un brin bursa escort déjantée essentiellement musique techno et rap, ce n’était pas ce que j’appréciais le plus, mais je m’adapterai, il continua en nous disant que la fréquentation était hétérogène faite de gay, trans, hétéro ces derniers étant les plus nombreux, précisa t il comme pour nous rassurer, mais que de toutes façons que c’était hyper chaud.Tony n’avait pas tardé à poser sa main sur ma cuisse et la faisait aller délicatement de bas en haut remontant toujours plus vers ma fourche venant frôler mon intimité. Aussi j’écartais mes cuisses pour lui faciliter le passage et ses doigts vinrent naturellement agacer mon clito déjà bien gonfler et à la sensibilité exacerbée. Il put aussi constater la moiteur (le mot est faible) de ma fente. Après deux ou trois baisers échangés, n’y tenant plus, je me penchais vers ses cuisses, défaisais sa ceinture faisais sauter l’attache du pantalon descendais la fermeture à glissière et enfin je glissais mes doigts par dessus son boxer tout en appréciant la raideur qui se trouvait sous le tissu. M’adressant à Tony :- Tu vois j’ose !Ayant trop envie de la tenir dans ma main, je baissais le boxer et elle se dressa sous mes yeux à quelques centimètres de mon visage. Mes doigts montaient et descendaient le long de cette belle tige palpitante, je décalottais le gland, j’y faisais glisser le pouce dessus et ne pouvant plus tenir, mes lèvres vinrent l’entourer pour l’enfourner aussitôt au fond de ma gorge presque à m’en étouffer ! Ensuite ma langue vint se mêler à la danse, de la pointe je lui titillais son méat faisais le tour de sa couronne je le léchais avant de l’enfourner à nouveau et d’enchainer des aller retour sur sa respectueuse bite (le garçon avait été gâté par la nature). La situation m’excitait fortement, tailler une pipe sur le siège arrière de cette voiture alors que juste devant les deux copains entendaient et le passager pouvait nous regarder juste en tournant la tête était pour moi exceptionnel. En rajoutant que ma position avait permis à Tony de retrousser ma courte robe pour me caresser les fesses, ma chatte ou mon petit œillet, tout cela me faisait mouiller comme rarement, je n’avais pas besoin de le vérifier de mes doigts pour m’en persuader, j’étais pour le moins poisseuse. Mes petits râles étaient la confirmation de mon état de surexcitation. Mes fesses au centre de la banquette ne devaient plus avoir de secret pour les passagers avant, d’ailleurs une autre main venait de rejoindre celle de Tony sur mes fesses, le petit coup d’œil me permit de voir Alban de biais sur son siège et son bras gauche dirigé vers la banquette arrière. Mon état empira, je sentais des frissons de plaisirs courir sous ma peau, mon ventre rempli de délicieux picotements, mes seins gonflés aux tétons tendus à m’en faire mal. Dans un souffle rauque j’ai dit à Tony :- Prends-moi !Sur un ton de voix ferme il me répondit :- Tu as envie de bites, hein, salope.- Oui très envie.- En plus de la mienne tu veux celles d’Alban et d’Hugo ?- Humm oui !- Et où tu les veux nos trois bites ?- Je veux que vous me baisiez la bouche, la chatte, le cul !- De quelle façon tu veux qu’on te baise ?- Je veux que vous me preniez comme une salope, une chienne, je suis votre pute !- Mais tu es vraiment une salope qui laisse tomber son mec pour venir se faire sauter, dis-le nous ce que tu es réellement.- Je suis qu’une salope qui trompe son mari, et qui aime se faire prendre comme une chienne !Là, il me claqua les fesses, et à l’intention d’Hugo il lança trouve nous un coin tranquille on va la baiser cette pute. Cet échange et les mots crus à mon égard ont eu pour effet d’augmenter mon état d’excitation se traduisant par un flux de cyprine supplémentaire, les doigts des deux garçons en furent recouverts et leurs attouchements se faisaient dans un léger clapotis sonore.- Cette salope mouille comme ce n’est pas possible, elle a vraiment envie de se faire démonter ! Lança Alban. Tony porta à ma bouche ses doigts gluants de ma mouille, alors que je suçais toujours sa pine bien raide.- Goûte ta mouille petite pisseuse.Je léchais ses doigts sous son injonction. La voiture ralentissait, et finit par s’arrêter, Hugo laissant le moteur tourner. En un éclair, je me retrouvais à genoux sur la terre battue entourée des trois garçons bites dressées bursa escort bayan en main. J’en branlais un tout en suçant l’autre, tandis que le troisième avait glissé sa main entre mes cuisses titillant mon clito et me doigtant parfois entrainant les mailles du collant à l’intérieur de mon vagin dégoulinant, mes seins n’étaient pas oubliés, caressés, malaxés, triturés, me pinçant et étirant les tétons, j’avais des mains partout sur mon corps. Tout ça n’allait pas faire baisser mon état, mes seins et mes tétons en étaient devenus douloureux tant ils étaient gonflés et tendus. Sans compter la situation sur ce terrain vague entre deux entrepôts et seulement séparé de la route par une haie. Tout en suçant les queues que me donnaient mes partenaires je soupirais de plaisir des caresses sur ma chatte et ma rosette parfois pénétrée par un doigt. Je lançais un :- Baisez-moi ! D’un ton suppliant. Ils me positionnèrent à genoux sur le bord de la banquette arrière, les fesses tendues vers l’extérieur, robe retroussée sur les reins, le collant baissé aux genoux, Tony m’empoigna d’une main la hanche et de l’autre guida sa bite contre ma fente, il entra en moi comme je reculais vers lui, ma chatte l’avala en entier, m’écartant mes chairs délicieusement j’en râlais de plaisir. Hugo s’était glissé par l’autre portière et me donna sa bite à sucer. C’est à cet instant que je réalisais que Tony me prenait sans préservatif, il se voulu rassurant en m’assurant qu’ils étaient clean qu’il n’y avait aucun risque. Il me limait comme un damné, ses va et viens accompagnés par les clapotis de ma chatte trempée. Chacun d’eux me pénétra, puis Tony très excité me dit :- Je vais t’enculer petite pute !Il cracha plusieurs fois sur ma rondelle, fit coulisser quatre ou cinq fois sa bite dans ma chatte avant d’appuyer son gland sur ma rosette et la forcer sans douceur aucune, elle céda et il entra d’un coup dans mes reins et m’arrachant un cri mêlé de douleur et de plaisir.- Oh putain, salope, t’es serrée c’est super bon de t’enculer !La douleur s’est estompée rapidement laissant les sensations jouissives m’envahir, je couinais tout en suçant et reprenant ma respiration je le suppliais de me défoncer.- T’inquiète, sale chienne, je vais te le démonter ton cul.- Oui vas y plus fort casse moi le cul, je veux que tu m’inondes, crache tout au fond.Deux minutes plus tard, Tony balançait tout ce qu’il avait de sperme dans mes entrailles. Sans me laisser le temps de me remettre du plaisir que je venais de prendre, Hugo et Alban m’entrainaient à l’avant de la voiture, je me retrouvais seins plaqués sur le capot tiède et l’un après l’autre visitèrent ma chatte puis mon cul. Ensuite ils me redressèrent je me retrouvais avec Hugo face à moi et Alban dans mon dos. Tant bien que mal Hugo arriva à pénétrer ma chatte, puis Alban s’inséra entre mes fesses malmenant à nouveau mon œillet, ils me prirent ainsi en sandwiche arrivant à s’accorder sur le rythme, je criais mon plaisir je jouissais sans aller jusqu’à l’orgasme, mais c’était tout de même très bon. Ils finirent par jouir quasiment simultanément dans une bordée de jurons. Ils me soutenaient le temps que je réajuste mon collant, et on regagnait la douceur de l’habitacle. Tony m’embrassa tout en me caressant la poitrine, et me remercia, puis il ajouta que j’étais une sacrée salope quand même. Je lui répondis que ce n’était pas pour leur déplaire, et qu’eux m’avait bien fait jouir. Hugo nous indiqua que dans dix petites minutes on serait à la boite.Dans la voiture, Tony me caressait les seins par dessus le fin tissu de ma petite robe, jouant avec mes tétons les pinçant ou les faisant rouler entre deux doigts, son autre main effleurant mon clito et lui faisant subir le même traitement qu’à mes tétons. Je ne pouvais m’empêcher de laisser échapper de ma gorge de petits soupirs de plaisir. Il me confia alors :- Tu sais j’aime beaucoup les jupes hyper courtes qui laissent à la vue le bas des fesses, ta robe est courte, mais est ce que tu ne voudrais pas la retrousser un peu, ça me ferait énormément plaisir.- Je voudrai bien te faire ce plaisir, mais tu as remarqué que la coupe de ma robe est asymétrique et que le coté droit est plus long que le gauche, donc ça va pas le faire.- Tu ne veux pas essayer quand même ?- Et ça t’excite tant que ça que je montre le bas de mes fesses ?- Oui beaucoup, escort bursa c’est très sexy.- Bon, allez, je vais te faire plaisir alors.Tony m’embrassa avec l’empressement d’un ado, tout en me remerciant plusieurs fois.Nous arrivions sur le parking de cette boite quasiment complet, Alban trouva une place assez loin de l’entrée, ce qui était très bien pour essuyer avec un mouchoir en papier les fuites de mon entrejambe, puisqu’il n’y avait personne à proximité. Je faisais un revers à ma robe au niveau de la taille, en passant les doigts au niveau de l’ourlet je constatais que le bas de ma fesse gauche était découvert, en avançant le long de l’ourlet avec mon doigt c’est le bas du sillon fessier qui se découvrait avec un tout petit bout de la fesses droite ensuite plus vers la droite cela devenait plus raisonnable. Je tournais sur moi même en demandant à Tony s’il était satisfait du résultat, ce qu’il confirma en me prenant dans ses bars pour m’embrasser et me murmura à l’oreille que j’étais hyper bandante. En enfilant mon manteau, mes doigts passèrent sur le devant de la robe et là j’eu un petit frisson d’excitation l’ourlet de la robe était au ras de ma chatte. Je ne me reconnaissais pas, au lieu d’avoir de la gène ou de la honte cela m’émoustillait les sens. En marchant sur les quelques dizaines de mètres nous séparant de l’entrée de la boite, je pensais à Patrick, est ce qu’il dormait ou pensait à ce que je pouvais bien faire, il m’avait juste incitée à cette aventure, même sil il m’avait dit d’être “salope”, il ne m’avait pas obligée de baiser avec les trois copains, c’est moi qui en avait eu envie et pris du plaisir à le faire… l’arrivée devant la porte d’entrée de la boite me sortie de mes interrogations. On entra, les garçons discutèrent un tout petit instant avec le portier qui finalement nous dispensa de payer l’entrée, je donnais au vestiaire manteau et sac à mains, les garçons leurs vestes et on se dirigea vers le comptoir. Il y avait du monde, on dû se frayer un passage jusqu’au bar. Visiblement l’assemblée était plus masculine que féminine, je sentais les regards sur moi, faut dire que la fraicheur extérieure associée à mon excitation tendaient mes tétons qui déformaient le fin tissu de ma robe. Je remarquais que pour suivre mes compères devant moi, je devais plus me frotter aux corps de la foule que mes accompagnateurs et même quelques mains anonymes flattaient ma croupe mes cuisses ou mon ventre. Au comptoir Alban commanda quatre shooters, que je dû avaler d’un trait comme les trois garçons.Le son techno envahissait la salle, et à nouveau on dû se faufiler entre les groupes de personnes pour rejoindre la piste de danse bondée comme le reste de la boite. Je me trémoussais sur la syncopé techno, ou plutôt ballottée par les autres danseurs, les corps se touchaient d’un coup de hanche ou d’épaule, un bras heurtant le dos, tous les danseurs étaient à la même enseigne. Tony se colla contre mon dos, me tenant par les hanches, je frottais mon fessier contre son bas ventre et sa belle raideur prenait forme, une main remonta sur la poitrine et empauma mon sein. Son index et son majeur tendu emprisonnaient mon téton érigé le pinçant à la façon d’un ciseau, il déposait de petit bisous sur mon cou, alors que Hugo venait d’appliquer sa main sur mon pubis ses doigts venant titiller mon clito, instant que ne manquèrent pas les danseurs voisins. Aucun ne pouvait ignorer l’état de mon excitation, et si mes tétons pointaient à en percer le fin tissu cette fois ce n’était plus le froid qui en était la cause, mais bien mon excitation. Je n’avais aucune honte vis à vis de tous ceux qui me regardaient, me frotter effrontément à l’homme dans mon dos et me laisser caresser intimement, au contraire cela décuplait mon excitation et j’y prenais du plaisir de voir qu’on me regardait. Je me tournais pour enlacer Tony et l’embrasser fiévreusement. Les mains de Tony massaient mes fesses et j’espérais qu’il ne retrousse pas un peu plus ma robe, c’est à ce moment là que j’aperçu entre deux têtes le visage d’un jeune intérimaire qui était venu assurer un remplacement dans l’entreprise pour laquelle je travaille et c’est moi qui l’avais reçu et ensuite lui avais signé son bon de présence, si je l’avais reconnu, il en devait être de même pour lui. J’en fis part à Tony qui me répondit, que si ça se trouve je ne le recroiserai jamais au boulot. Le baiser qui s’en suivit et les caresses conjointes sur mes fesses et mon sein déclenchèrent de délicieux picotements dans ma poitrine et mon ventre et je décidais de savourer ces instants présents à venir.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir