La maman dévergondée, 8° partie

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

La maman dévergondée, 8° partieRésumé des épisodes précédents : Maman veut me mettre dans son lit, mais je ne veux pas, et pourtant, nous nous aimons beaucoup. Je crois que je viens de mettre un doigt, non, une langue, dans l’engrenage du désir, dans un long bouche-à-bouche, enlacés au salon, tendrement… J’ai eu mon bac de justesse, au repêchage, mais je ne savais pas ce que j’allais faire l’année suivante, et cette absence de décision me minait le moral. Durant tout l’été, Maman n’a pas cessé de me tourner autour. Nous n’avions pas d’argent pour partir en vacances, car le peu qui me restait, après m’être prostitué chez Christelle et Denis, s’était envolé avec les factures urgentes. Pendant deux mois, nous sommes restés claquemurés dans la moiteur estivale, ne nous habillant que pour aller acheter de quoi manger. Adrienne passait de temps en temps ; elle nous apportait des fruits de son verger. Elle tenait la main d’une fille qui se prénommait Laetitia et qui était d’une beauté renversante – pas touche, Stéphane, elle est à moi, disait ma demi-sœur ! J’ai vu passer quelques amants des deux sexes, qui chevauchaient ma mère sans que le couple ressente le besoin de se cacher de mon regard. Dans ces moments-là, Maman s’appliquait même à s’exhiber dans les poses les plus provocantes possibles, comme une actrice porno. Début septembre, je suis parti. Les copains faisaient leur rentrée à la fac, Adrienne a débuté de brillantes études d’ingénieure. Cela mettait de la distance entre nous. Direction : au hasard. J’ai jeté sur mon épaule le vieux sac de sport rempli d’habits en vrac, volé un billet à Maman – le seul qui nous restait pour les courses ; elle devra se débrouiller sans -, j’ai chaussé mes baskets et j’ai fermé doucement la porte, pour ne pas la réveiller. Il était aux alentours de deux heures du matin. J’ai longuement marché le long d’un canal, sans m’arrêter ni croiser personne, jusqu’à l’aube. La fin septembre conservait de beaux restants de l’été. Je me suis acheté un croissant dans une boulangerie, et je suis reparti durant la journée entière. Il y avait des promeneurs, et aussi des filles à vélo, vêtues de courtes robes, qui me souriaient et auxquelles je rendais leur sourire. Mais je ne m’arrêtais pas. Le chemin serpentait comme les méandres de mon esprit mélancolique, mais globalement, il progressait vers l’ouest.La nuit, je dormais dehors, au bord de l’eau, enveloppé dans une couverture que j’avais trouvée dans une poubelle. Je dormais peu et j’avais faim et froid, mais ce n’était pas cela qui me faisait souffrir le plus. Je crevais d’un manque de femme, comme si le désir me lacérait le sexe à coups de couteau. marmaris escort Alors, je me branlais dans les étoiles : Polaris la blonde, Bételgeuse la grosse rousse aux seins confortables que j’arrosais de mon sperme, frénétiquement, et la rivière de ma semence s’écoulait dans le canal brumeux. À l’aurore, je reprenais la route, l’esprit encore voilé de mes fantasmes noirs. Les rares fois où je fermais l’œil, je rêvais de ma mère au regard libidineux tourné vers mon corps. À chaque fois, nous fusionnions dans des caresses tendres, et j’entrais en elle comme on entre en paradis. Quand la pluie a commencé à tomber, je me suis rendu compte que mes semelles étaient trouées. Pour ne pas avoir les pieds mouillés, je les ai emballés dans des sacs en plastique, ceux que les supermarchés distribuaient à l’époque sans compter, de sorte qu’il y en avait en abondance sur le bord du chemin. Afin d’avoir moins froid, je glissais du papier journal sous mes vêtements. Il y avait des petites annonces et aussi des revues de charme que l’on trouvait en haut des présentoirs des buralistes. Bien que dévêtues, ces femmes aux poses lascives me tenaient chaud durant la marche. Ce sont là de vieilles ruses de clochard, ce que j’étais effectivement devenu avec mes cheveux gras et ma barbe noire qui poussait jour après jour. Le soleil couchant vers lequel je marchais m’indiquait un cap global, à travers les sinuosités de ma route. Pour manger, j’écorchais mes mains aux buissons de ronces qui me fournissaient des mûres, et je volais les fruits des vergers qui se trouvaient sur mon passage. Des mots étranges venaient progressivement s’imposer à mon esprit : je m’arrêtais pour les noter, avant de poursuivre mon chemin de solitude. L’océan a stoppé net ma progression. C’était un soir, au crépuscule. J’étais épuisé, j’avais faim et froid, et la fièvre contractait en spasmes mon cuir chevelu. Je me suis couché sur le sable en position fœtale et contemplais les vagues, les pensées encombrées de mille rêves érotiques où d’aimables sirènes aux poitrines généreuses sortaient des flots pour venir me sucer jusqu’à ce que j’en crève. Je pensais que la mer allait monter et m’emporter vers le large. Une promeneuse est passée près de moi, et s’est arrêtée. Elle ressemblait étrangement à ma mère : mêmes cheveux courts, même corpulence, peut-être un peu plus vieille. Elle a caressé mes cheveux sales, silencieusement. Nous regardions en temps même l’océan s’éteindre dans les ombres grandissantes de la nuit. Elle m’a seulement demandé mon prénom et mon âge, et ma réponse a paru la troubler sans que je comprenne pourquoi. Elle m’a dit s’appeler Myriam. marmaris escort bayan Puis elle m’a pris par la main, nous sommes montés dans sa voiture et elle m’a emmené chez elle où elle m’a offert de prendre une douche chaude, luxe inouï dont je n’avais pas bénéficié depuis un mois. – Je t’ai apporté un pyjama, a-t-elle dit en entrant dans la salle de bains qui je n’avais pas verrouillée. Je venais de raser cette barbe que je n’aimais pas ; à cette époque, contrairement à aujourd’hui, il n’y avait presque pas de jeunes barbus. Elle m’a vu dans le plus simple appareil. Lubrifié de savon, j’étais en train de me masturber et j’étais bien bandé. – Excuse-moi. Je peux revenir plus tard. – C’est comme vous voulez. – Tu es beau, jeune homme. Un véritable éphèbe grec. Il y a en toi une part féminine, une grâce, que les autres n’ont pas. Ça te choque, ce que je te dis ?– Non. Si vous ne m’aviez pas recueillie, je serais mort sur la plage, de froid, de faim ou de fièvre. Ou noyé par la marée. Je vous en serai éternellement reconnaissant. – J’aimerais te demander un service. D’abord, tu peux me tutoyer. Ensuite… si cela ne te dérange pas trop (elle semblait vraiment gênée) … je voudrais que tu m’appelles Maman. – Comme vous… comme tu veux, Maman. – Tu es mon petit chéri… Stéphane… Stéphanie ! Je t‘ai enfin retrouvée. Continue à te caresser, oui, ne t’arrête pas. Va jusqu’au bout de ton plaisir. Tiens, je vais t’aider. Je ne comprenais pas. Bien qu’habillée, mais pieds nus, elle est entrée sous la douche et m’a chatouillé les bourses, du bout des doigts, pendant que ma main droite frictionnait vigoureusement ma verge. Son autre main caressait mon dos, le long de ma colonne vertébrale, de la nuque à l’anus où elle s’est attardée d’un index glissant entre mes fesses et tournant autour de l’orifice. Ces gestes décuplaient ma volupté qui est montée vers des sommets que je ne connaissais pas. Pendant ce temps, elle me disait à l’oreille : – Petite fée, abandonne-toi entre les mains de ta maman coquine. Tu aimes la masturbation assistée, n’est-ce pas ? Avec Stéphanie, nous la pratiquions souvent. Allons, va, ne sois pas pudique avec ta pauvre mère : ouvre-moi ton cul, ouvre-moi ta chatte, laisse-moi jouer avec toi. Tu aimes bien que je te tripote aux endroits où ça fait du bien ? Oh, qu’il est gros, ton clitoris ! J’ai toujours aimé m’amuser avec. Je n’osais pas lui dire que j’étais un garçon. Je ne voulais pas la contrarier : elle était si douce et sa voix si apaisante, et les mouvements de ses mains si puissamment précis que j’ai joui comme jamais. J’ai même crié d’une voix aigüe, comme une fille. – Viens, ma petite poupée escort marmaris adorée, Maman va te faire ta soupe préférée : du bouillon aux cheveux d’ange, bien chaud, et ensuite, tu dormiras dans le lit de Stéphanie, puisque maintenant, tu t’appelles comme ça. Tu veux bien ? – Oui, Maman. Elle avait les vêtements trempés. J’ai glissé ma main dans son pantalon, me frayant un passage sous l’élastique de sa culotte, j’ai trouvé le clitoris et l’ai branlée toute habillée, sous la douche brulante. Elle a fermé les yeux, ne m’a opposé aucune résistance et s’est au contraire cambrée en arrière en écartant les jambes, pour me faciliter l’accès. Au moment où elle a joui, je lui ai murmuré à l’oreille : – Si tu veux, je serai ta fille chérie, et tu me dorlotas autant que tu le voudras. – Oh, oui ! J’ai revêtu le pyjama à dominante rose. Pendant le repas, elle m’a expliqué qu’elle avait une fille qui s’appelait Stéphanie. Celle-ci s’était suicidée à l’âge de dix-huit ans, sans aucun signe avant-coureur, en se jetant sous un train. C’était il y avait deux ans. Le choc a été d’une telle v******e que son mari est parti, abandonnant Myriam au cœur dévasté dans la grande maison. Elle vivait la plupart du temps recluse avec ses souvenirs, ne sortant qu’au coucher du jour, pour regarder la mer, inlassablement. Elle a ouvert ses albums, m’a montré des photos, parmi lesquelles certaines étaient très impudiques, mère et fille dénudées, enlacées, radieuses, caressantes seins contre seins voire en soixante-neuf – photographiées par son homme ? Effectivement, d’une manière troublante, je ressemblais à cette fille encore presque adolescente, autant que la dame ressemblait à ma mère. Ensemble, nous avons fait la vaisselle, puis mon hôtesse m’a montré la chambre de Stéphanie, une pièce presque toujours fermée qu’elle avait laissée exactement telle que le jour de la mort, les livres de terminale encore ouverts sur le bureau, une dissertation commencée d’une belle écriture ronde et non terminée, les boites empilées contenant des jouets d’enfant, une culotte sale traînant sur le dossier d’une chaise. Myriam se contentait de passer l’aspirateur et d’enlever au chiffon la poussière des meubles. J’étais le premier à défaire à nouveau les draps qui gardaient encore l’odeur de la fille défunte, parmi ses dizaines de peluches. Cela me procurait une impression bizarre, comme si la jolie disparue m’invitait dans son lit pour une partie câline. Mais avec une personne invisible. Je me demandais si je pourrais supporter cette présence fantomatique. Mais l’ombre que j’enlaçais m’a parue bienveillante, et j’étais tellement fatigué que je me suis endormi d’un sommeil peuplé de rêves obscènes, dont l’un que je raconterai tout à l’heure. Dans le prochain épisode, nous verrons comment ma mère d’adoption et moi avons versé dans une folie érotique malsaine et pourtant remplie de tendresse l’un pour l’autre.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir