La belle cliente et la jeune amie

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

La belle cliente et la jeune amie- Bonjour, madame, je vous en prie, entrez asseyez vous.- Merci, voici la prescription, les radios.Je prends connaissance de l’ensemble puis ouvrant la porte je guide madame vers la pièce idoine pour un examen et les soins à prodiguer. Le toubib préconise quinze séances.- Déshabillez vous j’arrive dis-je fermant la porte et de ce pas vais téléphoner à une copine. Je suis seul ce soir et je déteste !Bon, voyons cette dame. Je frappe à la porte, l’ouvre sans attendre.- A nous maintenant. Je suis guilleret j’ai trouvé une copine pour aller au Resto.Elle est à poil complet. Superbe mais un peu gênée, pour se donner une petite contenance a gardé son sous-tif dans une main laquelle est plaquée contre sa poitrine et d’un air légèrement ingénu – Je ne savais pas ce que nous allions faire…Allons donc pensais je, je serais très con de la faire se rhabiller – Posez votre soutien gorge et tournez moi le dos.Puis, je fais mon examen en statique, en dynamique…Putain quel cul, un rêve, et les hanches, et ce dos juste musclé de façon harmonieuse, ce raccord du cou avec les épaules. J’ai la gorge sèche.- Rhabillez vous, retrouvez moi au bureau.- Alors que concluez vous? En se tortillant pour remettre sa culotte, et là j’aperçois ses seins. Une merveille!Au bureau je donne le premier rendez vous, après son boulot, soit 20 h.Ce soir je mange avec une copine qui me paraîtra bien fade.Je retrouve ma copine et nous prenons un whisky dans un troquet plutôt chic et chaleureux, puis direction la brasserie à la mode. Elle est blonde, svelte, allure sportive alors qu’elle ne pratique aucun sport. J’ai de la chance pour ça dit elle car je suis très fainéante dans ce domaine. Voilà presque deux ans que nous nous connaissons et qu’il ne c’est jamais rien passé. Elle ne laisse pas les hommes indifférents à voir ceux qui se retournent sur son passage, mais perso j’ai jamais eu l’idée d’une partie de cul, je sais pas pourquoi.Nous entrons, je choisi une table isolée, une sorte de box intime. Commande passée nous commençons à nous raconter. Qu’avons nous fait des six mois écoulés, depuis notre dernier pot à la plage. Rien de génial, au point que je ne résiste pas à lui raconter mon émotion de cet après midi avec ma superbe cliente. Elle en est ravie, entre dans mon fantasme et la conversation dure pendant tout le repas, alimentée surtout par ma blonde amie. Je n’en reviens pas de la voir bahis firmaları si émoustillée, au point qu’elle s’empare parfois de ma cuisse y posant sa main agitée de soubresauts chaque fois qu’elle rit. Et elle rit beaucoup! Moi je bande! Évidemment! Nous décidons de quitter les lieux, elle est venue en bus et ma caisse est dans le centre de la ville vielle. Sortant de la brasserie, spontanément je la tiens par les épaules, elle par la taille. Nous continuons sur le mode érotico-badin, ce qui fait persister mon érection, ce que je lui fais remarquer, une volée d’éclats de rire en réponse, mais aussi sa main libre s’assure de la véracité du propos – Mais c’est vrai! Mon pauvre…elle glisse sa main dans mon false, passant entre ma chair et le tissus.- Mais c’est tout humide, t’es pas incontinent pourtant. Belle bête ajoute t-elle.Moi, je n’en reviens pas, jusque là, amis sans plus et voilà que les privautés commencent un certain soir comme les autres. Nous avons avancé, la rue est calme, sans préavis elle stoppe net, à genoux devant moi elle s’en prend rapidement à ma braguette et avale quasiment mon phallus à s’en étouffer. Surpris mais heureux, suis-je. Elle s’étouffe vraiment, reprend un peu d’air et recommence à engloutir le manche mais cette fois, fait des pressions avec sa langue de façon régulière et méthodique. Au secours, je ne vais bientôt plus maîtriser …quelle sensation, c’est inattendu, ça change de la léchouille, du va et vient sucette-branlette. Bref, je n’en peux plus et décide de reprendre la situation en main, alors qu’elle est en bouche. L’instinct de générosité qui me caractérise, mon côté altruiste me pousse à l’interrompre dans son ouvrage socio-cul-turel car je viens d’aviser le porche généreux d’un hôtel particulier. Je désaccouple doucement le montage bite-bouche, bouche-bite pour les féministes. J’ai le temps d’apercevoir un regard déçu, un visage éblouissant, lumineux. Je prends une main, l’entraîne à deux pas, contre cette magnifique porte renaissance. Une jupe vite remontée, une culotte vite enlevée, ce qui me permet d’apprécier le fuselé de la jambe, le galbe d’une cuisse. Plaquée contre le bois de la porte, d’instinct elle accroche une main au marteau d’entrée, en bronze 18 eme s’il vous plaît! Elle jette une jambe contre le mur qui encadre ce porche.Cette patte en l’air m’offre une voix royale. Popol est toujours dehors et avant que la fraichure de kaçak iddaa l’air ambiant n’est un effet néfaste il faut le mettre au chaud. Il a tout compris mon camarade, et la tête chercheuse trouve immédiatement son abris. Lubrifié généreusement, effet indirect, ou direct qu’en sais je, et je m’en tamponne, l’entrée est conquérante, brillante, Napoléon au pont d’arcole, que dis je Nelson entrant à Cadix, et simultanément ma jolie camarade qui entonne les trompettes d’Aida. Faut dire que mon coup de reins fut grandiose, de quoi clouer définitivement ma belle amie dans le chêne tri-centenaire Et pour être sur d’enfoncer mon clou, je martèle, je martèle, je martèle encore, et j’entends même les coups, chaque coup résonne dans la cour intérieure de l’hôtel particulier. Mais le temps de réaliser l’explosion des sens est totale et simultanée. Mon cri rauque se mélange aux stridules de ma complice, puis c’est l’éclat de rire!Je récupère sa culotte dans ma poche et nous reprenons la direction de ma voiture en parsemant les rues de baisers mutuellement reconnaissants. Nous nous installons dans l’automobile, elle essaie de remettre de l’ordre dans ses vêtements pendant que je la regarde. Dieu que le visage d’une femme est beau après un orgasme.Bien entendu elle utilise le miroir de courtoisie pour se rassurer, sans doute. J’en profite pour glisser un baiser dans ce cou délicat. Comme il est bien reçu, je le prolonge, encore et même un peu plus, elle se fait chatte, et je ne sais pourquoi, l’une de mes mains se glisse sous sa chemise, rencontre un soutien-machin mais aussi, un mamelon en érection. Je m’y attarde un petit peu puis réalise qu’ils sont deux en turgescence, je les titille au travers du délicat tissus, petite chatte ronronne, se tortille, se débarrasse prestement du tissu gênant et envisage tout aussi rapidement de s’en prendre à mon sexe, lequel était en demi-flascidité. Dans ma grande générosité je soulève rapidement mes fesses afin d’avoir le pantalon sur les genoux. Ne perdant pas de vue les deux magnifiques seins de cette jolie créature je m’autorise à les consommer délicatement pour partager le plaisir. Elle est particulièrement sensible en mes délicates succions et à mon modelage manuel. L’espace avant de mon véhicule est relativement étroit, je décide de rabattre les deux dossiers façon d’avoir plus de champ pour les opérations à venir. C’est finalement nus comme des vers que nous kaçak bahis prenons possession de l’espace, la coquine ayant déjà embouchée ma virilité. Je décide immédiatement de visiter sa féminité. Première rencontre avec un clito bienveillant que je m’empresse d’aspirer-mordiller-léchouiller. Elle a pourtant la bouche pleine mais je perçois un petit cri d’émotion. Encouragé, je farfouille avec mes doigts et ma langue ses petites lèvres. Par bonheur l’éclairage public m’offre une blanche lumière sur ses délicates muqueuses légèrement teintées de rose. Je ne peut m’empêcher la comparaison avec cette moule que l’un de mes profs de sciences naturelles nous fit disséquer pendant ma scolarité. Il avait fallu écarter les deux lèvres de ce malheureux mollusque, les piquer d’épingles contre une planchette de liège afin d’apercevoir et d’étudier les organes internes. Pauvre petite chatte blonde, c’est promis j’écarterais tes lèvres mais sans les épingler, cependant je me réserve le droit de vérifier tes organes internes, au doigt, à l’œil, avec l’aide de Popol.Pendant que je soliloque la coquine s’active, suçote, branlote, lèche savamment la base du gland, au point que je commence à ne plus maitriser la situation. Elle ressent la même chose, et dans une pirouette savante se retourne et s’empale sur le membre érigé, tel un obélisque, exhalant une roque mélodie. Je suis ravi, elle me fait face, me domine de son corps splendide me permettant de caresser, malaxer, ses seins. Demeurant empalée elle se couche sur mon torse, plaquant ses seins contre les miens, cette position permettant le baiser et favorisant la pénétration façon marteau-piqueur. Le plaisir gronde, la jouissance se précise, l’explosion est simultanée, décidément nous étions fait pour nous entendre et ne le savions pas.J’aperçois les éclats bleus d’une voiture de police, la BAC fait sa ronde de nuit, j’ai juste le temps de jeter ma chemise sur le superbe postérieur de ma copine qui est resté collée sur moi quand le faisceau d’une lampe torche éclaire l’intérieur de la bagnole: – Ces deux là n’ont pas dus s’emmerder il ont l’air de roupiller, c’est bon!Le danger écarté, nous nous rhabillons, la nuit est très avancée, je ramène ma blonde partenaire devant chez elle, un bisou, comme avant!Voilà ce que nombre d’hommes et de femmes attendent de leur relation, pas de je t’aime tu sais, tu est l’homme de ma vie, qui ne sont que mièvres paroles empoisonnant les relations des deux sexes. La relation sexuelle peut exister sans le poison d’un romantisme justifiant la morale, être juste considérée comme un sport satisfaisant la gourmandise, une sorte d’hédonisme.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir