Quand Margot devient chienne 27

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blonde

Quand Margot devient chienne 27La rencontre.-Alors mon cher « BHV » qu’en pensez-vous ?-Et bien … Comment dire ? Je vous l’avais déjà dit, je sens bien chez elle un vrai désir de soumission. Mais en même temps je la sens aussi un peu … rebelle. Pas rétive, mais rebelle, sauvageonne. Vous aurez du travail je pense mon pauvre Laurent. Mais par contre vous avez un petit avantage, du moins je crois, c’est qu’elle semble avoir une certaine affection pour vous. Je crois que vous l’avez étonnée. Elle ne s’attendait pas du tout à ce que ce soit vous qui la baisiez hier. Du coup, je me demande si elle n’a pas une sorte d’admiration pour vous. Le mot est peut-être un peu fort mais c’est surement un bon point pour vous.-Ma foi si vous le dites, je veux bien vous croire, c’est vous l’expert.-En tous cas vous êtes ici chez vous quand vous voulez. Vous me prévenez juste avant qu’on ne soit pas en doublon, c’est tout.-OK, c’est noté, je vous remercie.Dans les vestiaires du club de fitness, la tension était palpable. Déjà, Anne avait hésité à y retourner. Pour quelle raison précise exactement, ça elle n’en savait rien mais elle se sentait gênée par rapport à son amie Margot. En arrivant au club elles s’étaient embrassées comme d’habitude, mais Anne, sur la réserve, n’avait pas trop épilogué et avait filé à son cours rapidement. Maintenant elles se retrouvaient comme à l’accoutumé après avoir bien transpiré, pour prendre une bonne douche réparatrice, et inévitablement, elles allaient devoir communiquer. Margot était arrivée la première, aussi lorsque Anne arriva à son tour, elle était déjà sous la douche. Anne se glissa sous les jets sans un mot. Elle ne savait vraiment pas comment aborder le sujet et préférais laisser l’initiative à Margot sans doute plus à l’aise qu’elle. Les jets stoppèrent, la vapeur d’eau chaude commençait à se dissiper lorsqu’elle sortirent toutes les deux des douches en se frictionnant le corps de leur serviette de bain. Chacune se posta devant son casier afin de s’habiller.-Anne ?!-Ouiii ?-Il faut que je t’arrache les mots de la bouche ou quoi !!!-Euh … Non, pourquoi ?-Ah ! Cela suffit ! je sais que tu as vu Laurent ! Alors arrête de faire ta sainte nitouche et dis-moi ce qu’il s’est passé ! On est amie ou pas ?-Ben oui, justement, c’est parce qu’on est amie que c’est plus difficile à dire.-Mais on s’est toujours tout dis non ?-Ah justement, je ne crois pas ! Je veux bien te parler de Laurent mais toi d’abord.-Quoi moi d’abord ? Pourquoi veux-tu que je te parle de Laurent ??!-Holà !! Là c’est toi qui fait ta sainte nitouche. Tu sais très bien de quoi et de qui je veux parler. Alors tu me dis ce qui se passe avec « BHV » et je te dis ce qui se passe avec Laurent. Donnant, donnant. D’accord ??-D’accord, d’accord.Margot savait très bien au fond d’elle, qu’elle ne pouvait échapper à cette conversation. Elle savait même qu’elle aurait dû avouer cette relation un peu « spéciale » à son amie bien plus tôt. Elle comprenait d’autant plus son amie qui avait du mal à aborder le sujet aujourd’hui. Elle se trouvait même gonflée de lui faire la remarque. Mais bon, Anne avait beau être sa meilleure amie, il y a des choses qu’on hésite à raconter. Margot ne se voyait en effet pas aisément en train de dire à son amie dans le vestiaire, en train de se laver le minou : « Au fait je ne t’ai pas dit Anne, mais hier soir je me suis faite enculer par cinq ou six mecs bien montés c’était super, et toi ça va ? » Pas facile en effet. Là, en fait, elle voulait faire dire à son amie une chose qu’elle savait déjà en grande partie. Elle voulait qu’il n’y ait pas de secret ou de non-dit entre elles deux. Pour cela il fallait qu’Anne dise elle-même ce qu’il s’était passé. Le problème c’est que Anne avait deviné qu’il y avait quelque chose de pas catholique entre elle et « BHV » et qu’elle allait devoir s’en expliquer. En même temps ce n’était que justice. Il n’y a pas de raison qu’il n’y en ait qu’une qui raconte son histoire. illegal bahis Sinon, qu’en serait-il de leur amitié ?-Alors, j’attends !-Oui, j’arrive ma chérie. Je mets juste de l’ordre dans mes idées pour savoir comment commencer.-Tu vois hein, ce n’est pas commode !!-Oui tu as raison. Alors qu’en fait c’est assez simple. Cela a commencé pratiquement comme toi.-Hein ??!!-Oui, c’est vrai. J’ai d’abord posé. Ensuite il m’a fait visiter la pièce du bas et j’ai essaye un des engins. La croix si je me souviens bien en premier. Non, je crois que c’était le siège de gynéco. Mais moi j’avais Karim qui posait avec moi. Enfin qui posait, faut le dire vite. Il m’a caressée et comme toi je n’ai pas dit non, je me suis laissée faire, je me suis aperçu que j’aimais ça. De plus je me suis sentie rassurée avec « BHV » et il m’a donné envie de continuer. Je suis devenue accroc et j’ai accepté d’être sa soumise. Voilà. Tu dois me trouver salope, non ?-Ce n’est pas ça, mais Laurent dans tout ça ?-Cela n’a rien changé entre nous, au contraire. Je crois que ça nous a rapprochés. Et puis il faut bien dire que j’ai beaucoup progressée en ce qui concerne le cul, alors il ne va pas s’en plaindre.-Mais tu lui as dit ?-Bah ! Bien obligée. C’était une exigence de « BHV ». Mais si tu veux mon avis je ne serais pas surprise qu’il ait été au courant. Peut-être même l’instigateur.-Comment ça ?-Je ne sais pas trop. Des petits trucs comme ça. Pas vraiment défini. Plus un ressenti. On avait déjà partagé nos fantasmes et je sais qu’il rêvait de me voir me faire sauter par d’autres hommes. Alors quand il a rencontré « BHV », dont j’ignore comment il a su qu’il était un « Maître », il a suffit qu’il lui glisse un mot et voilà.-Mais concrètement, cela se passe comment ?-Ben j’ai une vie tout à fait normale avec Laurent. Une vie de couple je te rassure, on baise souvent. Et quand je suis avec « BHV », je lui suis soumise.-Mais en clair tu fais quoi avec « BHV », tu baises aussi ?-Oui, mais quasiment pas avec lui.-Hein ??!! Comment ça ?-En vérité, mais tu ne me juges pas hein ? Tu vas dire que je suis une pute.-Mais non Margot chérie, pourquoi veux-tu que je dise ça ?-Parce que c’est vrai.-Tu tapines ?-Non quand même pas. Mais il me fait baiser par d’autres gratuitement. Dans certaines soirées, je me fais baiser ou enculer par plein d’hommes et même des femmes parfois. Et je ne te dis pas le nombre de kilomètres de bites que j’ai sucé et les litres de sperme que j’ai avalés.-Ben ça alors, tu me la coupes !-Tu vois bien que je suis une belle salope !-Oh tu sais ma chérie je ne suis pas sur d’être bien différente de toi. J’aime ça aussi tu sais. Par contre je refuse de faire tout ce que tu fais toi !-Que veux-tu dire ? Mais d’abord explique. Avec Laurent alors ?-Ben tu sais ce qu’on a fait toutes les deux ? Et bien « BHV » a tout vu. C’est pour ça qu’il m’a fait descendre la deuxième fois. Il m’a fait essayer le carcan. Tu connais je suppose ?-Oui, j’aime bien cet engin. Et alors après?-Après ? Et bien je me suis faite baiser tiens ! Mais je pensais que c’était « BHV » quand tout à coup je l’ai vu surgir devant moi alors que j’avais une queue dans la chatte ! Tu te rends compte ! Je ne savais même pas qui me baisait. En plus, « BHV » est parti. J’étais toute seule, coincée dans ce machin et je ne savais même pas qui était en train de m’astiquer le vagin. Bon d’accord c’était bon, mais tout de même !-Et alors après ?-Et bien quand ça a été terminé j’ai vu ton Laurent venir devant moi la queue encore raide et me dire de venir le lendemain soir, c’est tout.-Et c’est tout.-Oui, il est partit aussitôt. C’est « BHV » qui est venu me libérer. Mais toi, tu n’en savais rien de ce qui allait m’arriver ?-Ben non. J’ignorais que « BHV » nous avait matées. Je pense que c’est lui qui a branché Laurent la –dessus ce qui me fait encore plus penser qu’il est dans la combine depuis le début même avec moi. Par contre sincèrement quand il t’a dis de venir avec lui illegal bahis siteleri la deuxième fois et qu’il m’a fait partir, là je me doutais qu’il tenterai.-Tu aurais pu me le dire quand même !-Mais comment ? Je n’en ai pas eu l’occasion et je te rappelle que je suis soumise à « BHV ». Je ne vais pas m’amuser à le contrarier. Je te rappelle aussi que je t’ai dis que tu pouvais refuser. Il ne t’aurait pas forcée. Mais tu as raison, on doit être deux belles salopes !-Oui, sans doute. Oh mon Dieu, pauvre de nous !-Alors maintenant tu es la soumise de mon Laurent ?-Je crois bien oui.-Bon ben on est frangine alors !-Tu as une drôle de façon de voir les choses toi ??!!-Mais quoi ! On ne va pas se formaliser. On aime toutes les deux le cul, on est des chaudasses, on ne va pas se prendre la tête.-Oui mais quand même c’est ton mari Laurent.-Pourquoi, tu veux me le prendre ?-Oh mon Dieu non !! Mais ça ne te fâche pas qu’il me baise?-Non. J’ai mon mari et un Maître, lui, il a une femme et une soumise. L’équilibre quoi !-Ma foi, on peut voir ça comme ça. Si ça te convient.-Mais tu ne m’as pas dit pourquoi tu ne fais pas comme moi ?-Parce que je ne veux pas tiens ! Je veux être l’exclusivité de ton mari. Oh merde ça me fait tout drôle de te dire ça. C’est bizarre quand même tu ne trouves pas ? Je dis à ma meilleure copine que je suis l’exclusivité de son mari. C’est le monde à l’envers !-Oui je te comprends. Mais il faut faire la part des choses. Quand on est toutes les deux ensemble, quand je suis avec mon Laurent, ça, c’est la vraie vie. Et quand je suis avec « BHV » et toi avec ton Maître c’est la vie parallèle. La vie secrète.-Oui tu as encore raison. Il faut que je m’habitue à cette nouvelle vie. Mais je crois que pour faciliter les choses, après aujourd’hui, il ne faudrait plus qu’on en parle ensemble. Tu ne crois pas ?-Tu as peut-être raison. Mais au fait, Laurent il en dit quoi de cette exclusivité ?-C’était aussi son choix. Sinon je n’aurais pas accepté. Je ne me sens pas du tout capable de faire comme toi. Et même là, il y a surement des trucs que j’aurai du mal à faire. Mais j’ai accepté, alors je m’y plierais.Il faisait nuit sur le château. La lune éclairait le parking où, juste la voiture de Laurent était garée. Un coup d’œil à la montre du tableau de bord permit à Anne de savoir qu’elle était en retard. Et ben ça commence bien se dit-elle, je vais avoir droit à ma première punition, ça c’est certain. Dehors, une chouette lançait son cri lugubre déchirant la nuit. Anne sentit malgré elle un frisson lui parcourir l’échine. Pourtant il faisait bon. L’air doux agitait les buissons alentours.Elle se dirigea vers le perron, la lumière inondait les marches. Elle pressa le pas, inutile d’aggraver le retard même si ça ne doit rien changer. Elle n’eut pas à sonner, la porte s’ouvrit d’elle même et comme d’habitude, le « croque-mort » la fit entrer. A croire qu’il couche derrière la porte celui-la pensa-t-elle en courant vers la cave aux sévices ou délices, après tout il n’y a pas beaucoup de lettres différentes. Elle dévala les marches cette fois-ci sans hésiter. C’est le cœur empli de désir qu’elle accourait à la sollicitation de « Monsieur ». Il l’avait appelée le matin même. La conversation n’avait pas durée trente secondes. D’ailleurs ce n’était pas vraiment une conversation. « Ce soir, vingt et une heure » a dit « Monsieur ». « Où » a-t-elle demandé. « Au château » a-t-il répondu. « Très bien, j ‘y serais » a-t-elle conclu. Et voilà. Et maintenant elle poussait la lourde porte de bois cloutée courant vers sa destinée. Enfin, la destinée de ce soir.La lumière était toujours tamisée mais là, il lui a semblé qu’elle était plus basse que d ‘habitude. Oh, rien de précis, une impression furtive. Mais de toute façon elle n’eut pas l’occasion de se poser d’autre question. A peine entrée, elle fut saisie par derrière. Une grande main musculeuse plaquée sur sa bouche lui tenait le visage. L’autre main canlı bahis siteleri c’était saisi de la robe dans les reins en tirebouchonnant le tissu. Anne fut littéralement projetée en avant vers le lit rond à proximité. Ses bras battaient l’air. Elle était incapable de réagir. La surprise et la force de l’attaque l’avaient anesthésiée. Elle se retrouva affalée sur le ventre, le nez dans les coussins, plaquée par une main de fer.Laurent, car bien sur c’était lui, l’empêchait de se relever en lui tenant le cou fermement et de l’autre main il lui remonta sa robe sur le dos. Il s’était mis de côté pour être plus à son aise. Pour commencer il lui cingla les fesses de trois ou quatre claques magistrales. Cela c’est pour ton retard ma salope ! Lui gueula-t-il. Quand j’appelle ma chienne, elle vient à l’heure tonna-t-il de plus belle, j’espère que c’est clair !? Bien entendu, Anne ne pouvait pas répondre, le nez enfoncé dans le satin. Mais de toute façon, il n’attendait pas de réponse. Les deux globes fessiers étaient bien rouge tout de même. Il avait dû se laisser aller plus qu’il ne pensait. Les traces de sa main se détachaient bien sur la peau laiteuse. En la maintenant toujours plaquée sur le lit, il entreprit d’écarter les cuisses d’Anne avec son genou. Il caressait le dos, glissait sa main sur les flancs provoquant des frissons. Il redescendait sur les fesses mais cette fois-ci doucement, comme pour apaiser la brûlure de sa fessée. Il écarta un peu les fesses et insinua sa main.-Non de Dieu, mais tu mouilles ma salope !!! Tu es toute trempée, regardes-moi ça, il y a une mare de ton jus ! Laurent s’employa alors à fouiller la chatte de sa protégée. Il entra deux doigts d’un coup et avec son pouce tritura le clitoris qu’elle avait bien visible. D’ailleurs sous la pression il grossissait à vue d’œil. Et plus il tortillait son bouton, plus elle coulait. Une vraie fontaine ! Laurent aussi sentait l’excitation le gagner. Il lâcha le cou d’Anne et se positionna entre ses cuisses. Il s’empara de chaque fesse à pleine main qu’il écarta suffisamment pour avoir accès à la grotte d’amour. Anne se cambra davantage d’elle même. Elle en veut la salope se dit Laurent, Je vais lui en donner alors. Il présenta sa queue tendue à l’entrée du vagin et entra à fond d’une seule poussée. Certes il avait eu l’occasion de se comparer à deux beaux gaillards, mais malgré la différence de taille, sa bite était loin d’être ridicule. D’ailleurs, Anne avait l’air d’apprécier. Elle continuait d’aller au devant de ses coups de boutoirs en avançant son cul au maximum, pour qu’il la remplisse à fond. Ses gémissements témoignaient du plaisir qu’elle prenait. Maintenant Laurent se déchainait en pistonnant sa soumise à grands coups de reins ponctués de « han » de bûcheron (canadien). Lorsqu’il lâchait une hanche, c’était pour donner une claque sonore sur une fesse. Anne répondait par un gémissement plus fort et un jet de cyprine à chaque fois. Le traitement qu’il lui infligeait n’allait pas tarder à faire de l’effet aux deux. Il se retira de sa chatte et la retourna. Il vint s’asseoir sur ses cuisses et se branla jusqu’à décharger son foutre gluant sur le ventre d’Anne que les spasmes de la jouissances faisaient trembler.Une fois la fureur de leur deux corps apaisée, Laurent releva Anne et la serra tendrement dans ses bras.-Comment as-tu trouvé ce petit viol ma princesse ?-J’ai beaucoup aimé « Monsieur ».-Très bien mais ce n’est pas une raison pour arriver toujours en retard.-Non « Monsieur » je ne le ferais plus.-Ah ! Au fait, j’ai décidé de t’appeler « Féline ».-Ah bon ?? Euh, comme vous voudrez « Monsieur ».-Oui, féline je crois que ça t’ira bien. Tu es pleine de tendresse et très câline d’un côté et de l’autre tu es indépendante et sans doute pas très obéissante. Je crois que tout ça est réuni dans ce nom.-Très bien « Monsieur », je serai votre féline.-Pour le signe distinctif je n’ai pas encore décidé. J’hésite. Piercing ou tatouage. Qu’en penses-tu ? Non, ne me dit rien, penses-y et nous en reparlerons.-Oui « Monsieur », comme vous voudrez.-Et puis il y a autre chose. Ton trou du cul, il va falloir que je m’en occupe, hein ?! J’ai l’impression qu’il n’a encore vu personne ?A suivre…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Le coabaye familiale et plus suite 3

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Le coabaye familiale et plus suite 3Le lendemain, en rouvrant les yeux, je pus constater avec surprise que je m’étais réveillé dans mon propre lit. Je commençai d’abord par me demander si ce que j’avais vécu avec Morgane et ses copines n’avait pas été un rêve. Cependant, à la vue de mon corps nu et de mes vêtements de la veille soigneusement pliés sur la chaise de mon bureau, je compris que ma soeur et ses amies m’avaient ramené dans ma chambre afin d’éviter d’être surpris par nos parents. Je sortis de mon lit et m’habillai avant d’aller prendre mon petit-déjeuner. Lorsque j’arrivai dans la cuisine, Morgane était déjà en train de manger. Je pris ma tartine et ma tasse de lait puis m’assis en face d’elle. Pendant que nous mangions, ma soeur relança le sujet de la veille. — Alors, hier soir? Tu as aimé notre petite surprise?— Si j’ai aimé? Mais non, j’ai adoré!— Et est-ce que tu as aimé nous servir de cobaye?— Euh… Oui. Ça a été une belle expérience pour moi. — Tant mieux alors parce que les filles et moi aimerions encore tester quelque chose sur toi. — D’accord. Qu’est-ce que c’est?— Je suppose que tu sais ce qu’est la sodomie. Et sais-tu ce qu’est un gode-ceinture?— Bien sûr mais… Non! Je ne veux pas me faire sodomiser; ça fait mal!— J’étais certaine que tu dirais cela mais ne t’inquiète pas: tu seras largement récompensé. — Bon… Et… Comment vous est venue cette idée? Vous ne m’en aviez jamais parlé avant. — J’allais y venir. Pendant que tu dormais, après t’avoir ramené dans ta chambre, nous avons discuté entre filles de ce que nous avons vécu avec toi et puis la conversation a fini par tourner autour de nos vies sentimentales respectives. C’est là qu’Élodie nous a dit, à Thu Jin et moi, que son copain la négligeait au lit et en dehors et que, depuis qu’elle l’a trompé avec toi, ça lui a paru comme une évidence qu’elle devait commencer à montrer plus de poigne dans leur relation pour que cela change. C’est-à-dire illegal bahis dominer son petit ami mais, d’abord, elle doit être prête à l’affronter. C’est pour cela que nous souhaitons expérimenter nos godes sur toi. Tu es d’accord de nous servir de cobaye encore une fois?— Ça dépend… Qu’est-ce que je gagne comme récompense?— Nous y avons réfléchi : bien entendu, tu pourras nous sodomiser à ton tour et, ensuite, tu pourras nous demander ce que tu veux. Tous tes désirs seront des ordres. — Hum… Oui, c’est d’accord. Marché conclu. Je tendis la main vers ma soeur afin de sceller notre accord. Celle-ci éclata de rire. — Allons, petit frère! Après ce que nous avons vécu hier soir, on pourrait sceller notre pacte autrement!Ma soeur se leva de sa chaise et m’embrassa à pleine bouche. — Marché conclu. Je vais envoyer un message à Élodie et Thu Jin pour leur dire que tu es d’accord. Nous ferons ça cet après-midi, pendant que papa et maman seront au travail. Ma soeur sortit de la cuisine et monta les escaliers qui menaient à sa chambre. Après que j’eus fini de manger, je débarrassai la table et montai dans ma chambre. Morgane m’y rejoignit quelques minutes plus tard en m’annonçant qu’Élodie et Thu Jin avaient confirmé leur présence cet après-midi. — Elles arrivent pour treize heures. Il est déjà onze heures. Par conséquent, il faut que nous nous préparions. Viens, suis-moi. Je sortis de la pièce à la suite de ma soeur qui me guida jusque dans la salle de bain. — Bon, je vais t’expliquer comment cela va se dérouler : la sodomie, ça fait mal si l’on n’a pas les fesses propres. Par conséquent, il va falloir te faire un lavement afin que tu puisses plus facilement supporter les pénétrations de nos godes. — Euh… Bon d’accord. Et toi? Et tes copines?— Ne t’en fais pas : j’ai déjà fait mon lavement hier soir et j’ai demandé à Élodie et Thu Jin de faire le leur avant de venir. — D’accord. Bon, on commence?Ma soeur releva le couvercle illegal bahis siteleri des toilettes et retira le pommeau de la cabine de douche. — Mets-toi à quatre pattes, petit frère. J’obéis à l’injonction et Morgane enfonça délicatement l’extrémité du tuyau entre mes fesses. — Bon, je vais faire couler l’eau dans tes fesses. Dès que tu sentiras ne plus pouvoir retenir l’eau, tu me le diras et j’arrêterai. Ensuite, tu te videras dans les toilettes. Compris?Je hochai la tête en signe de compréhension et ma soeur tourna la manivelle d’eau froide. L’eau me remplit très rapidement les fesses, tant et si bien qu’au bout de quelques secondes, je demandai à Morgane d’arrêter de faire couler l’eau. Mon aînée coupa l’eau et j’allai me vider dans les toilettes. Nous répétâmes l’opération trois fois puis ma soeur décida de mettre fin au lavement. Lorsque nous fûmes sortis de la salle de bain, Morgane regarda sa montre. — Oh la la! Il est déjà midi et demi! Va dans ma chambre, déshabille-toi et mets-toi à quatre pattes par terre, le fessier orienté vers la porte.J’obéis à l’ordre de mon aînée et attendis patiemment l’arrivée d’Élodie et de Thu Jin. Soudain, la sonnette de la porte d’entrée retentit. J’entendis ma soeur ouvrir la porte et la refermer aussitôt. Des bruits de pas résonnèrent dans l’escalier et la porte de la chambre s’ouvrit, livrant passage à mes trois biologistes préférées. Elles étaient toutes les trois en tenue d’Eve et chacune avait un gode-ceinture attaché au niveau de ses reins. Morgane, Élodie et Thu Jin se positionnèrent en demi-cercle autour de moi. — Bon, Alex. Voilà comment cela va se passer : nous allons, chacune à notre tour, te sodomiser et tu devras obéir à tout ce que nous te dirons. Ensuite, une fois que nous aurons fini, tu pourras nous demander ce que tu veux. Compris?Je hochai la tête en signe de compréhension. — Parfait. Élodie, commence. Élodie se saisit de son faux phallus et canlı bahis siteleri l’enfonça lentement, centimètre par centimètre, entre mes fesses. Contrairement à ce à quoi, je pouvais m’attendre, la pénétration ne me fit pas souffrir. Cela devait être probablement dû au lavement que ma soeur m’avait fait. Après s’être assurée que la pénétration ne me faisait aucun mal, Élodie commença à accélérer son mouvement de va-et-vient. Morgane se plaça face à moi et mit son gode dans ma bouche. — Suce.J’obéis à l’injonction et m’appliquai à sucer au mieux le pénis factice de ma soeur pendant qu’Élodie allait et venait de plus en plus fort en moi. Thu Jin, quant à elle, se contentait d’admirer la scène avec ravissement. Puis Élodie finit par se retirer de mon anus et décida de céder sa place à Thu Jin. Ma soeur retira son gode de ma bouche. Elle se retourna et cambra ses fesses en direction de ma bouche. — Lèche. J’obéis à nouveau à l’injonction et m’appliquai à procurer le plus de plaisir possible à mon aînée sous les puissants coups de reins de Thu Jin. Élodie retira son gode-ceinture et continua à admirer la scène. Thu Jin se retira à son tour de mon anus et retira son gode-ceinture. Morgane se redressa et se positionna derrière moi tandis que les deux autres s’étaient placées en face de moi. Ma soeur commença à me sodomiser à son tour. Elle y alla allègrement, les godes de ses copines m’ayant bien dilaté l’anus. Élodie prit mon visage et le plaqua sur son entrejambe que je me mis à lécher avec passion. Après quelques secondes de cunni, Élodie tourna mon visage vers Thu Jin qui, comme elle, le plaqua sur son sexe en me le faisant lécher avec plaisir. Élodie et Thu Jin continuèrent à me faire faire la navette entre leurs deux sexes pendant quelques minutes sous les assauts de Morgane. Ma soeur se retira de moi et ôta son gode-ceinture. — Bon, eh bien, merci, petit frère. Nous nous sommes bien amusées. J’espère que toi aussi. Et maintenant, nous sommes tout à toi. Que veux-tu que nous fassions?Bonne question. Les idées se bousculaient dans ma tête et je ne savais pas par où commencer. Puis, sous l’effet de l’adrénaline et de l’excitation, une idée me vint à l’esprit.[ à suivre ]

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Le déplacement professionnel

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Le déplacement professionnelMarc ne prenait pas les transports en commun. Non pas qu’il n’aime pas ça, mais ses trajets pour le boulot nécessitaient l’usage de sa voiture. Toutefois, il arrivait qu’il fasse des déplacements sur une journée ou plus, pour lesquels le train était le meilleur moyen de locomotion. Ce jour-là, il voyageait donc en TGV, en première classe.Départ à 7h pour arriver assez tôt en région parisienne et participer à cette réunion qui était de celles qu’on aimerait éviter. Le réveil avait sonné tôt pour tout ceux qui étaient dans le train ce matin, le voisin de Marc s’assoupit très peu de temps après le départ. La voiture était quasiment vide, seules quelques places loin devant Marc et son voisin étaient occupées.Au bout d’une quinzaine de minutes de voyage, alors que Marc commençait à s’ennuyer, il ne put s’empêcher de regarder son voisin endormi… et il remarquât assez facilement la belle bosse qui déformait le pantalon du gars en costume. C’était plus qu’une bosse d’ailleurs, illegal bahis puisqu’à défaut de porter de sous-vêtement la forme du sexe de l’inconnu était parfaitement visible et le mec était en pleine érection… ce qui excita Marc immédiatement ! Regardant cette forme longue et grosse déformer le pantalon en toile du quarantenaire grisonnant endormi à côté de lui, Marc ne put se retenir de se caresser la queue. Quelques minutes suffirent pour qu’il sorte sa bite et commence à se masturber doucement, regardant avec envie ce qu’il devinait dans la pantalon voisin. Sa queue était bien dure et veineuse, Marc faisait glisser son prépuce sur son gland, sentant ce dernier gonflé d’envie. Tout en se masturbant il se perdit dans ses pensées et ne remarqua que tardivement que son voisin avait ouvert les yeux et regardait en souriant le gros sexe déballé que Marc tenait dans sa main ! Leurs regards se croisèrent et l’anonyme sorti son chibre de son froc, et révéla une bâton énorme, légèrement courbe, au illegal bahis siteleri gland découvert en forme de champignon. Cette bite était vraiment grosse… il commença lui aussi à se branler, puis les mains changèrent de camp et la masturbation se fit mutuelle. Marc sentait dans sa main ce gros sexe ferme et chaud, le pressant par moments pour sentir la réaction de l’inconnu à ce stimulus additionnel. Marc, qui n’était pas pourtant un habitué de ce genre de scénario, se pencha sans demander l’autorisation et pris en bouche la bite sans nom. Il branlait doucement la base tout en suçant l’extrémité, découvrant le goût de l’excitation. L’homme avait mis sa main sur la tête de Marc pour lui faire comprendre que son initiative était accueillie avec plaisir et Marc aspira le gland, poussant un peu plus loin cette grosse bite dans sa gorge, bavant, puis relâchant la suction. Il branla avec sa bouche pendant quelques minutes mais son manque d’entraînement montra vite ses limites musculaires. canlı bahis siteleri Sa machoire lui faisait mal, il dut renoncer et recommença à branler l’inconnu. Tous les deux savaient qu’il ne faudrait plus longtemps pour que le sperme ne jaillisse alors ils se dirigèrent rapidement vers les toilettes du train, en essayant de masquer leurs sexes respectifs. Là l’homme d’affaire inconnu baissa son pantalon et ne laissa aucun moment de doute à Marc sur ce qu’il attendait. Il exposa son cul et Marc l’encula après avoir craché copieusement sur son propre sexe. Il le lima à quelques reprises mais l’excitation était déjà bien présente et il lâcha la sauce dans le cul de son partenaire, le remplissant en quelques poussées. Ses couilles vidées, Marc se retira et vit son foutre sortir de l’anus ouvert. Le mec nettoya Marc avec sa bouche, puis se releva, se branla et juta sur la bite à demi molle de Marc. Puis il recommença à nettoyer avec sa langue son foutre afin que Marc puisse ranger son sexe propre dans son caleçon. Le mec alla encore chercher un peu de jus dans son cul avec ses doigts pour les lécher ensuite… c’était définitivement une bouche à sperme.Chacun regagna sa place un peu plus léger… et Marc finit par s’endormir pour le reste du trajet.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Black Hotel Studs Wanted White Ass

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Birthday

Black Hotel Studs Wanted White AssA month ago I was laying around and got an email from a couple of Black guys who were staying in a local hotel close to the airport. Seen your ad and was wanting to know if you want to come service me and my partner at our hotel room we in town doing some construction work and in town for a week or so let me know .So I sent them my phone number and some minutes later I got a call …..Hey this the guy who you sent your number to he said…..Oh ok cool so whats up with you guys I said.We seen your ad with the pics and we layin around all horny and shit he said…You look good in those panties. you interested in some black dicks he asked ?Yeah cool sounds hot I said….What you guys look like ?We both black straight dudes in town for some work we looking for someone to take care of these dicks…your ad said you like black guys…..I’am 35 my buddy he’s 40Yeah if you guys are up for it thats cool with me I said….Where you guys at ? We at a hotel by the airport he said….You gonna be in some panties and stuff for us huh ? he asked ……I told him yes and he gave me the room number and hotel and told me to be discreet and all that …..I got some stuff together and a short while later and headed to their hotel……….I knocked on the door and a tall dark black guy with tattoos on his arm answered, Hey whats up he said come on in.I walked in the room and he said I’am Jerry nice to meet you Jerry I said nice room with two big beds they had, My boy went downstairs to the cafe he coming back soon Jerry said….So what you got in the bag he asked me. Oh just a few clothes and things and some baby oil I said……..Oh ok he said …….You want me to put something on now or wait till your buddy comes back……You can put some stuff on now for me if you want he said…..I said ok and went into the bathroom and put on some black panties and stockings with a pink shirt and closed the bathroom door ……Jerry was sitting in one of the chairs by the window table….Just texted Mike my buddy he gonna come back up in awhile he said….Ok cool I said looking at Jerrys dark blue work pants…..So what you want me to do he said ……Well why don’t you get out of those pants first I said ….So he stood up and undid his pants and unbuttoned his shirt and stuff till he was in his boxer shorts and he sat back down in the chair….I moved over closer to him on the floor in front of his chair and rubbed his crotch he had a nice big soft illegal bahis cock in there and as I rubbed his boxers more it was getting bigger…..Jerry stood up and dropped his boxers what you think of that dick he asked me…..Wow Jerry that’s nice I said rubbing and holding his cock in my hand……Jerry cock was about 8 1/2 and cut a beautiful dark black which I like…..Well let me get my lips on it for you then I said as he kicked back in the chair and I swirled my tongue around the head of his dick and slowly going down his black shaft rubbing his ball sack with my other hand as he moaned …..Ah yes yeah suck that dick work on that head he said…….Jerry seemed to enjoy the pleasure i was giving his cock and balls and loved me sucking and licking on his head of his black prick after some minutes of this he was giving me drops of his precum out the tip I swirled my lips around his piss hole to flavor his leaking juice and up and down on his cock with my mouth as he continued to take in the pleasure as his dick was in and out of my mouth, I went down deep a few times and he liked that…Yeah get deeper on that dick he ordered me suck it suck that dick oh yes he said laying back in the chair with his long legs all kicked out. I stopped a few times to savor his black nuts and lick his ball sack.Yeah work on those nuts he said dat shit feel good he said……..About that time he got a text and we stopped he said his buddy Mike was coming back up. I went to the bathroom and heard the door open and another guy came in……..Yeah so he here i could hear Mike say, Yeah he in the bathroom right now he was sucking my dick good Jerry said…..Really Mike said ,shit he can get on this dick too then I heard him say……..Coming out of the bathroom there was Mike a heavy set well built black guy standing there, Hey what up he said as he introduced himself, like them lil panties you got on he said…Thanks I said rubbing his crotch to see what he was packing . Damn you want mine too huh he asked…Jerry was layed out on the bed closest to the window holding his cock in his hand he gonna get back on mine here soon….So I got between Jerrys legs and started back on his shaft as I seen Mike going into the bathroom……Jerry dick was soon back up and experiencing my skills as I worked his black cock and nuts over . I was busy on Jerrys nuts when I heard Mike come out of the bathroom and felt his hand on my ass. Damn he got a nice ass there in them panties illegal bahis siteleri he said smacking my ass a few times as I went up and down on Jerrys dick….He sucking you good bro he asked Jerry….He sucking the fuck out my dick Jerry said to him…..Mike continued to rub my ass and took off my black panties his hands were big, yes indeed he got a nice ass Mike said….I stopped for a second and told him I got some baby oil if he wanted to rub it on my ass, Where it at Mike said .It’s in the bathroom.oh ok he said fetching it and I got back to Blowing Jerrys black stick as he was enjoying the pleasure of my mouth up and down on his dick ….Yeah suck it suck that dick got my dick feeling real good he said….My mouth was sucking Jerrys black cock head as I felt Mike pour some of the baby oil on my ass and he started rubbing it in and in no time was going for my asshole with one of his big fingers….Oh I moaned a lil bit and raised my ass in the air as he penetrated my asshole with his finger….That really turn me on I said as I went faster and deeper on Jerry sweet tasting black prick….Ah Damn that shits good he said as I was all hot with Mike fingering my asshole and Jerrys cock in my mouth……Damn gots me bout ready to blow this cum Jerry said….As he got up some more on the pillow I went to town on his nuts rubbing them with one hand while I was sucking the fuck out of his dick and Mikes finger job on my asshole had me sucking Jerry for everything he was worth….AAAAAAHHHHHHH SHIT here it cum Jerry yelled out as I felt his nut sack tighten up, This gonna be a big load ahhhhhh here it comes catch it he said…. I felt his load rushing up his main vein and he started bucking as he delivered it in my mouth as some drooled out as he kept spewing his white creme from his dark black cock and I sucked and sucked him till he begged me to stop…..OOOOHHHHH SHIT DAMN FUCK he said as I finished cleaning his balls out and licking his limp dick…..Gotta have me some of that shit Mike said and he watched his buddy reeling from the pleasure….Mike was still poking my pink asshole with his fingers as Jerry got up and went to the bathroom. He ordered me to turn around on the foot of the bed while he stood up and popped his cock in my mouth as my head hung slightly off the bed.Suck my dick now he said as he drove it in and out my mouth ,Mikes dick was about a good 7 inches and was not too fat and some sweet tasting black rod, He pulled canlı bahis siteleri out my mouth a few times and forced his nuts on my mouth ,Yeah get them balls too he said ah yeah suck it good…..I reached back and started fingering my asshole as I blew him….You like that ass fingered huh he said…Yeah I would love to have your dick in it too I said to him….Oh you do that too he asked….Hell yeah I’ll get that asshole if you want he said. ……Roll over get that ass up here he said getting the baby oil ….I reared my ass up in the air at the foot of the bed as he poured some of the oil on my asshole…I was hot anticipating the ass fucking he was about to give me…..Jerry came out the bathroom as Mike looked to him and announced he was about to get my ass…..Gonna go up his asshole Jerry he said…..Hell yeah fuck that white ass Jerry said I’am gonna go shower up and Jerry went back in the bathroom….I felt Mike getting into position behind me directing me with his hands on my ass…Yeah there you go stick it up in the air a lil bit ok thats good right there here it comes ….I felt his cock pointing into my asshole and and some pressure and a lil pop sound from the oil as he penetrated my asshole ……..OH SHIT i said out loud as he continued to snake my butt farther with his dick….Oh Yeah that ass fells good he said as he stroked me in and out slow and then faster bucking his black fat ass against mine all of his 7 inches bucking in and out of my oiled asshole as he was slamming it to me….Yeah you like that black dick huh ? he said….Yeah give to to me baby I said Tear that white ass up !!!! He was doing a good lil number on my butt I soon Had to blow my load as I could not take it any longer, I jerked my own cock off and blew a few heavy streams of cum onto the bed….Oh fuck my ass good I told him….AH AH AH AH YEAH YOU BOUT got me ready to cum to he announced ah shit !!!!! he said he pulled out and shot his seed all over my asshole and I felt his warm juice hit my ass and balls….AHHHHHHfuck Mike said……whew damn sitting back in one of the chairs he was spent also…..Jerry soon exited the bathroom and was smiling at Mike sitting there all spent out…I soon managed to get to the bathroom wipe off a lil bit and got dressed and got my stuff and was ready to leave…I told them thanks and if they wanted me again while they were in town to call me and I would be glad to be their lil white slut again……Mike went to the bathroom and Jerry seen me out the door….Jerry called me a week later and said Mike had went back to another job and he was interested in getting with me again and wanted to try out my ass like Mike did so we met another time at the same hotel……..

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Chapitre 4 : PAMELA ET CINDY (1ère partie)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Chapitre 4 : PAMELA ET CINDY (1ère partie)Septembre 2004, j’ai 20 ans et un samedi soir, je vais en broîte avec un pote. Nous buvons un verre au comptoir en observant la piste de danse. Je remarque deux belles métisses. L’une d’elles me plait beaucoup, enfin, surtout son petit cul moulé dans son jean’s slim.Je finis mon verre et je me lance.Etant plutôt bon danseur, on me remarque. Je me suis approché des filles et j’ai réussi à attirer l’attention de celle que je convoite, en me déhanchant. Elle me sourit, je sens que je lui plais. Elle me plait beaucoup aussi. Elle a de longs cheveux noirs frisés, de grands yeux verts. Elle est très mince, voir un peu maigre, elle a très peu de poitrine, mais je m’en fiche. Je les ai invité à boire un verre, et nous avons fait connaissance.J’apprends qu’elles sont soeurs. Mélissa a 19 ans, c’est la plus âgée, elle est très belle aussi et monopolise la conversation. A côté, il y a Pamela, elle est très réservée, peut être un peu intimidée par mon âge. Elle n’a que 16 ans, mais en paraît 2 ou 3 de plus.J’ai fini par invité Pamela à danser au moment où le DJ passait des slows. Sa peau caramel sentait bon la noix de coco et nous nous sommes embrassés.A la sortie de la broîte, on a échangé nos numéros de portable et Pamela m’a demandé si je souhaitais aller au ciné le lendemain, elle avait prévu d’y aller avec sa cousine. J’ai accepté…N’ayant pas le permis de conduire, je suis passé chercher “Pam” chez ses parents. Je l’attendais dans ma voiture devant chez elle, lorsqu’elle est venue me dire que sa mère voulait me rencontrer. Forcément, cela ne m’enchantait pas du tout. Je n’avais absolument pas envie de connaître les parents de ma copine dès le lendemain de notre relation.Pas le choix, c’était ça ou rien. J’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé me présenter.Me voilà donc devant ma future belle-maman (qui sait?).c’est une très belle dame ( je comprends mieux pourquoi ses filles sont aussi illegal bahis canon). C’est une petite femme blanche d’une quarantaine d’années, cheveux châtains courts, des yeux marrons et une grosse poitrine coincée dans un décolleté moulant qui me saute aux yeux. Mais le regard sévère qu’elle me porte, suffit à calmer mes ardeurs.Après un interrogatoire d’une dizaines de minutes, j’ai saisi que c’était une mère-poule qui considère sa fille comme un bébé et non comme une ado devenant femme. En partant la marâtre m’a dit:- Tu la ramènes pour 23h et pas de bêtise…De toutes façons Cindy sera là pour vous surveiller.Cindy est la fameuse cousine de “Pam”. Sur le trajet pour le ciné, cette dernière m’a expliqué que sa cousine est considérée comme la jeune fille modèle dans toute sa famille. C’est une élève très studieuse qui a toujours de bonnes notes, qui pratique la danse bretonne avec ses parents le samedi, qu’elle ne boit pas, ne fume pas, qui s’occupe régulièrement de leur grand-mère malade. Je me suis dit qu’elle devait être une sacrée nunuche.A notre arrivée, Cindy nous attendait devant le cinéma. J’ai découvert une ravissante jeune fille, mince, de la même taille que moi. Elle était brune aux cheveux longs avec une queue de cheval, des yeux marrons, maquillés avec du rimmel noir sous les yeux qui se prolongeait jusque dans les coins. Cela lui donnait un regard de braise. Je me souviens avoir eu cette pensée:- C’est dingue, elles sont toutes super jolies dans cette famille!!!Cindy avait un an de plus que “Pam” et j’ai frissonné lorsque j’ai entendu sa douce voix qui me disait “Bonsoir”.Nous étions en avance pour la séance, nous avons donc bu un verre tous les trois. J’ai fait connaissance avec Cindy. Elle avait beaucoup d’humour et parlait énormément, une vraie piplette. Elle était loin du cliché que je m’étais fait d’elle.Par la force des choses, je me suis rendu compte que ces deux cousines étaient bien plus que ça, elles illegal bahis siteleri étaient les meilleures amies du monde, pleines de complicité.J’ai ramené Pamela chez elle, nous sommes resté dans la voiture un bon moment. On s’embrassait follement et je sentais mon excitation montée de plus en plus, j’avais très envie d’elle. J’ai glissé ma main dans le bas de son dos sous son tee-shirt, effleurant du bout des doigts sa peau si douce. Je l’ai embrassé dans le cou, son parfum de noix de coco, m’a enivré. Ma main s’est faufilée dans son pantalon noir (sorte de legging). Elle portait un string et ma main a trouvé sa fesse droite, ferme et musclée. J’ai senti ma queue gonflée petit à petit. De mon autre main, je lui ai caressé le genou, je l’ai remontée lentement sur sa cuisse, puis j’ai continué jusqu’à son entrejambe. J’ai frotté ma main contre sa fente par dessus son pantalon, j’ai appuyé fort sur mes doigts, faisant entrer son string entre ses lèvres. Elle a poussé son premier soupir.Ma queue, à l’étroit dans mon boxer, ne demandait qu’à être caressée et ne la voyant pas prendre cette initiative, j’ai pris sa main et je l’ai collée contre ma grosse bosse. Elle m’a caressé tout doucement une trentaine de secondes seulement.Ma main droite toujours sous sa fesse était moite et avec ma main gauche, je me suis aventuré sous son tee-shirt pour cajoler son ventre plat. j’ai descendu ma main vers son intimité, mais à peine, mes premières phalanges ont soulevé l’élastique de son pantalon, qu’elle m’a stoppé net en me saisissant par le poignet.- Qu’est ce qu’il y a? lui ai-je demandéPas de réponse.- Tu n’en as pas envie?- Si, mais c’est pas ça…- Et bien c’est quoi alors?Hésitante, elle m’a avoué:- Bah je n’ai jamais rien fait avec un mec…- Ah bon, parce que tu as déjà fait des truc s avec une fille, lui ai-je dit pour la détendre. En riant, elle m’a dit:- Mais non, t’es con, mais tu vois bien ce que je veux dire?- Oui bien canlı bahis siteleri sûr et toute seule tu as déjà testé?Elle a fait semblant de ne pas comprendre. J’ai continué mon questionnement:- Est ce que tu t’es déjà masturbé?Elle est devenue toute rouge en me répondant d’une timide voix:- Oui ça m’est arrivée en regardant des films.- Des films porno?- non plutôt des films érotiques qui passent à la télé.- Mais tu as déjà vu du porno?- Oui quelques fois, mais ça ne m’excite pas vraiment.J’ai alors compris que ce n’était pas une folle du cul et que j’allais devoir faire son éducation. Je lui ai expliqué que je comprenais son appréhension et que tout allait bien se passer.Elle m’a embrassé avec passion et mon érection a repris toute sa vigueur. J’ai tenté ma chance une seconde fois de glisser ma main dans son pantalon. Cette fois-ci, elle s’est abandonnée à moi.Ma main sur son string, complètement humecté de cyprine, j’ai entamé des mouvements circulaires sur ce bout de tissu, qui séparait mes doigts agiles de sa caverne aux trésors. Elle a haleté de plus en plus vite, alors j’ai glissé ma main dans son string et là, surprise, elle était toute lisse.- Hum tu t’épiles, j’adore ça- Oui c’est plus hygiénique et je n’aime pas les poils de toutes manières.Alors avec mon majeur, j’ai tripoté son petit clito tout gonflé. elle a gémi légèrement, j’ai senti son souffle chaud sur ma nuque.j’ai descendu mon doigt et il a été comme aspiré entre ses petites lèvres. dès que ma première phalange a pénétré sa moule, totalement lubrifiée, elle a poussé un petit cri de plaisir en posant son front dans le creux de mon cou. Mes va-et-vient sont devenus de plus en plus rapides et Pamela a planté ses dents dans mon épaule, j’ai inséré un second doigt pour la branler frénétiquement. J’ai senti son vagin se contracter et elle a joui. J’aurais aimé aller plus loin, hélas il était temps qu’elle rentre. On s’est embrassé et elle a disparu dans sa demeure.Sur la route du retour, encore excité, j’ai reniflé mes doigts plusieurs fois, cette odeur de sexe me fascinait.Arrivé chez moi, j’ai pris une douche et je me suis masturbé à l’idée que j’allais lui faire découvrir tous les plaisirs charnels…A suivre.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Saint Patrick

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

Saint PatrickJe ne fête pas la St. Valentin mais pour me faire pardonner je te promets une St. Patrick inoubliableNous voilà dans un pub irlandais de Bruxelles, tu es resplendissante, encore plus à croquer qu à ton habitude et la guinesse te met un joli rouge aux jouesUn match de rugby passe sur grand écran, cela crie et hurle mais je t assure qu après ce sera du foot.Tout le monde est en vert et tu te retrouves avec un affreux chapeau publicitaire mais cela te fait rire et je donnerai n importe quoi pour que cela ne cesse jmsTu me dis que j ai des mœurs de sauvage pour fêter ainsi notre couple mais tu me fais confianceJe me serre contre toi pour regarder le match j aime sentir ton corps ainsi près de moi et je ne désespère pas de trouver comment marchent tes seins.Au moment de payer la prochaine tournée, je te remets la clef du coffre pour que cela soit toi qui ailles au barLe pub est une ancienne banque et tout un mur est couvert de petits coffres qui servent à économiser de l argent toute l année.Tu reviens vers moi sans les boissons mais avec une boule en verre et une enveloppeLa boule contient une orchidée et l enveloppe avec un petit mot “tu es merveilleuse” et une carte magnétique blanche.Tu me demandes ce que cela signifie et je t embrasse en te souhaitant bonne fête…La bière la chaleur les cris et l émotion te donnent chaud et je déboutonne les premiers boutons de ton chemisierTu es gênée lorsque tu le remarques et que tu sens les regards sur toi mais je te dis qu ils sont tous illegal bahis jaloux de moi.Tu me demandes ce qu ouvre la carte et je te dis que tu vas devoir mériter la réponse.Je t explique que tes sous vêtements sont changeables contre la réponse.Tu me dis que tt le monde va voir que tu n as pas de soutien et je te réponds que c est le butTu réfléchis puis acceptes et veux aller aux wc mais je te le déconseille et te dis d’ aller plutôt dans la voiture.Je t accompagne et tu t assieds portière ouvertePendant que tu te changes en vitesse, j ouvre mon pantalon et te montre combien tu me fais de l effetJe caresse ton visage avec ma queue, effleure tes lèvres et entre mon glandLe jeu ne dure vmt pas longtp mais assez pour te sentir honteuse et excitée.Tu me donnes tes affaires que je mets ravi dans mon sac et te demande si on retourne au pub ou si on passe à la suite de la soirée.Tu trépignes comme une fillette et te dis que la condition pour la suite, c est de patienter les yeux fermes dans la voitureTu peux choisir un bandeau ou simplement de garder les yeux closTu choisis de garder les yeux fermés, cela te stresse de rouler avec un bandeauJe t assieds et me mets en routeJe caresse tes cheveux, ta peau à travers les vêtementsOn roule peu et je m immobiliseTu dois me faire confiance pour marcher à mon bras en aveugle et tu devines que nous prenons un ascenseurUne porte s ouvre, je te fais t immobiliser et assoir sur un lit pour patienterTu entends de l eau qui coule et je te rejoints, je illegal bahis siteleri te mets debout et te déshabille puis t attire vers l eau qui couleTj les yeux fermés tu montes qlq marches et te retrouvent dans un immense jacuziJe te dis que tu peux ouvrir les yeuxSeau à champagne, bougies, ambiance détendueJe te sers un verre tout en te savonnant avec une grosse éponge. J effleure pour que la mousse soit une caresse.Tu me dis que tu vas être pompette avc le champagne mais j en risTu me laisses te caresser de plus en plus intimement et je te sens profiter du plaisir dans le bainTu te tortilles te trémousse et mords mon brasJ adore cela et j y vais encore plus fortLe plaisir retombe, je te laisse contre mon bras à moitié endormieJe te dis qu il va être l heure de diner et qu il faut se préparer.Je t aide à sortir de l eau, te sèche tout contre moi et te présente à tes robes.Pour ne pas me tromper de taille j en ai louée 2 et tu me dis que tu ne mettras jms un dos nu et un decoletté pareilJe te réponds que je n ai rien de James bond et que tu seras belle pour 2Te voilà en rouge éclatant, les seins bien moulés et à la vue de tous, nous descendons mangerTu as un temps d’ arrêt car tu te sens vmt trop visible et est contente d être assise dans l ombreLe repas et vin sont très bons, tu es de plus en plus pompette et je te caresse sous la table ou te raconte des choses cochonnes pour t exciter de plus en plus.La robe à même la peau, tes sourires, tu me dis que tu vas mouiller ta canlı bahis siteleri chaiseJe veux en profiter et t entraine vers la chambre…Tu es là, magnifique, et e te dis que tu vas être ma chose, mon jouet pour la nuitJe te fais mettre à genoux pour me sucer, je te prends par le cou pour te décider et j alterne petit et grands va et vient.Je me retire et te fais aller à 4 pattes jusqu au lit et y monterTu es là en chienne et je me colle à tes fesses pour profiter de ton humidité j aime te prendre à 4 pattes et passe mes mains sur ta poitrine pour torturer tes tétons.Je m accroche à tes hanches pour mieux entrer en toi puis me retire d’ un coupAllez vilaine fille, à poilTu retires en vitesse ta robe et t allonge mais je te tire et t entraine vers la grande baie vitréeTu peux ainsi voir la ville, ton reflet et e te dis que tout le monde va pouvoir profiter de tes bons gros seinsJe te plaque contre la vitre, tes seins écrasés et moi tout chaud derrière toiLa position n est pas excellente et je te dis que je vais t enculer devant tout BruxellesTu résistes un peu mais te détends et j essaie d’ entrer en toiJe pousse doucement jusqu à ce que ton corps dise non et attends ainsi en toi puis fais qlq mouvementsJe me retire pour mettre un fauteuil devant la vitre et te mettre à 4 pattes dessus, genoux sur l assise, et en appui sur le dossierJe te pénètre à nouveau et te dis de te regarder et voir combien tu es belleJe me retire de tp en tp pour profiter de ta bouche et j alterne les 2 cotes.Tu jouis plusieurs fois et fatigue et te dis d’ aller t allongerJe viens sur toi, t embrasse te caresse, entre en toi mais tu es plus câline et je m immobiliseJe te berce dans mes bras et tu te réveilles un peu plus tard et me vois te regardantSalut toi…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Cait’s new thing

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Cait’s new thingCait texted a couple of days later; ‘On our way home. Missed you!’ and I wrote ‘Missed you too!”We can pick you up?”Great!”Great! 2 hours or so.’So I took a shower and packed my bag and mom was still in bed so I knocked on her door and opened it and said “Mom” and she said “Hmm?” and sat up and squinted at the light from the hallway and I said “Cait’s picking me up” and she said “Oh ok” and rubbed her eyes. “Want me to cook breakfast before you go?” and I said “It’s late mom, I already had some” and she said “Oh ok” again and she put her feet on the floor and covered herself with the comforter and when she did one of her dildos fell from the bed and I pretended not to notice and she did too and I said “Bye” and she said “Bye, honey”.I got in the back of their car with Cait but it was only her dad driving and Cait said “We had to drop mom off at work” and her dad said “I have to go too but I’ll take you two home first” and I said “Cool”.And at their place Cait dropped her bags in the living room and I did the same and then she said “I soooo need a shower right now” so I followed her to the bathroom and as she undressed I asked her how it had been and she said “Boring most of the time. Dad was in meetings and lectures mostly and mom was on the phone a lot” and I jumped up on the vanity and said “Sucks” and she said “Yeah” and then she said “I met a boy though” and she might as well have punched me in the face. Or the heart. And that was really stupid and I had no right but I couldn’t help it and I pictured this boy with his hands all over her naked body and i guess it was like a ‘wave of jealousy’ but this was more like a giant tsunami like in that movie with the meteor and I could feel that annoying itch behind the nose that means you’re about to cry and that was really really stupid.And she could see it I guess because she laughed a little and said “Don’t worry, babe, nothing happened” and I said “What? I wasn’t…” and she said “Yeah you were” and she came up to me and put her arms around me and said “You’re the only one for me” and then she kissed me and I said “You’re for me too” and she said “Pfft! As if” and for like half a second she looked almost angry but then she smiled and said “Join me” and I undressed too and we showered together.And later we were in the living room and we hadn’t bothered to put clothes on and we would do that sometimes when we were home alone even when we were little, and I wanted her to tell me about that boy but at the same time I didn’t want her to tell me anything and so I didn’t ask her and we talked about school ending soon and what we could do this summer and we had both found summer jobs and I said “Why do you even bother? Your mom and dad are rich” and she said “So?” and I said “So, you don’t need the money” and she said “They’re not bahis firmaları rich” and I gestured with my hand like I was showing her the room and all the stuff they had and I said “Really?” and she said “Yeah well, if they are it’s because they’ve worked hard for it. And that’s what I’m going to do too. Like, what’s your plan? Marry someone rich?” and I said “That’s exactly my plan. I’m going to marry you” and she said “Aawww, did you just propose to me?” and she threw her arms around me and kissed my face over and over and said “Yes, yes, yes, yes, yes” real theatrically like and then she said “We should practice our wedding night” and she grabbed my hand and I ran after her up the stairs to the second floor but then she kept going up to the third and into her parents’ bedroom and I said “In here??” and she said “Bigger bed” and their bedroom had always been off limits for us but she had told me she would sometimes sneak in there when they weren’t home and masturbate on their bed but as far as she knew I had never been there. And she jumped on the bed and landed on her back and then she shouted “Owweee!” and she put her hand underneath her and pulled out whatever she had landed on and it was a key and she didn’t even look at it but just dropped it on the floor.And then she laid back down and spread her legs and closed her eyes and said “Be gentle with me” and I crawled on top of her and I wasn’t gentle at all.And when we finally stopped it was getting dark outside and I had my head on her breasts and she was stroking my hair and I said “So when will your mom and dad be home?” and she said “Any minute now I guess” and I sat up and said “For real?!” and she said “Yeah. Maybe they’re here already” and I said “Well don’t you think we should get out of here?” and she said “Yeah definitely” but she didn’t move and I jumped out of the bed and started straightening the covers but she was still on top of them and I pulled her off and she reluctantly got out of the way and then she said “We’re getting married, we have to tell them some day” and I said “Cait, please, it’s not funny any more” and the bed looked all right now on this side and Cait said “Fine” and took a step back and then she said “Ouch! What the fuck?” and she had stepped on something and it was they key again and she picked it up and I walked around to the other side of the bed and fixed that too and then Cait said “What. The. Fuck?!”And I looked at her and she had used the key to open the door to her mom’s walk in closet and she was staring at the stuff in there.And I had to pretend I had never seen it before and I said “Wow!” and then Cait stepped inside and picked up some of the things there and looked at it and then she picked up something else and looked at that and her mouth and her eyes were wide open and then she picked kaçak iddaa up a strap-on from one of the shelves and she turned to me and showed it to me and I just said “Wow” again and she said “So… who’s this for?” and I said “What do you mean?” and she said “Duh. This is a two women – toy. So mom and who?” and I said “I don’t know. Maybe your dad… you know…” and she gasped and her mouth dropped even more and she stared at it.And I said “Cait, we have to go” but she couldn’t take her eyes off it and I was sure she had some crazy pictures in her head right now and I said “Cait, we have to go!” again.So she shut the door and locked it and threw the key back on the bed and I said “You can’t take that” and she was still holding the strap-on and she said “Oh I’m taking it” and I said “They’ll know” and she said “They have a bunch of them in there” and I said “But…” and she said “Remember the one you had? You had to borrow it. And you said you couldn’t do that again. Now we have one” and I said “Cait…” and she said “I’m taking it. Get over it.”We went downstairs and into the bathroom and we just put our panties and shirts on and before we went to Cait’s room she shouted down the stairs “Mom? Dad?” but no one answered so they weren’t home yet. And in Cait’s room she sat down on the bed and stared at the strap-on again and said “I figured they were into stuff but I thought they were a bit more… normal” and I said “Who?” and she said “Mom and dad” and I said “They’re not normal?” and she said “No. I mean, people have a vibrator and maybe handcuffs. That’s it. Mom and dad have a room full of stuff. Like, literally a room full”.“So?” I said. “That’s just hot isn’t it?” and she said “I guess, but…”And then she stood up from the bed and said “No, you know, you’re right. It is hot” and then she pulled her panties off and put the strap-on on and then she got down on her knees and pulled the box out from under her bed and opened it and took out a bottle of lube that she had bought for her vibrator and she opened it and put a lot of it in her hand and rubbed it on the strap-on and I just looked at her and when she was done she looked at me and said “Well?” and I said “What?” and she said “Take your clothes off” and I had like a huge flashback about her mom and then I said “Wow, you could say ‘please’ you know” but I took my clothes off of course.And I sat there naked on the edge of the bed in front of her and she still had her shirt on and the rubber cock was sticking out from beneath it and looked almost real and then she said “Turn around” and so I did and I got up on the bed on my knees and I had to spread my legs a little so that my pussy was level with the cock she was wearing and she put more lube on her fingers and then she rubbed it on my asshole.And I had put a finger up there many kaçak bahis times and even some of the toys mom had and she had this one dildo that was for both holes at the same time and I had used that too but I had never done it with Cait and never done anything like this with anyone and Cait said “Can I?” and I said “Yes”.So she put the tip of it to my asshole and pushed a little and all that lube helped and I tried to relax and let it in and it did but it hurt just a little at first when the head of it slid in and it kinda stung all around the opening and I said “Stop, wait” and she did and when it didn’t hurt anymore I said “Okay” and she pushed it in slowly and now it just felt good and she got it almost all the way in I think and she said “Oh wow” like she was really loving looking at it in my ass.And she fucked my ass like that, grabbing my hips and I rubbed my clit while she did and it felt so good like she was a part of me in a way and Cait said “Do you like it?” and I said “Mhmm” and I turned around to look at Cait and she was just looking down at my ass and she was biting her lip and she was so into it and that was so hot and it made me come. And then she asked me if I could do it to her and so we switched and she climbed up on the bed and I did too and stood on my knees behind her and when I put it in her she said “Ooohh” and fell down on the bed and I followed her so I was laying on top of her and then I just fucked her slowly and she was moaning so loud with her face in her pillow and I put my face next to hers and kissed her cheek and then after a while she wanted to turn around so I pulled it out of her and she turned around on her back and she grabbed under her knees and lifted her legs up and I put it back in her ass and we kissed as I fucked her and then I whispered into her ear “I want you to call me ‘Daddy’” and she giggled and kinda pushed me away but not really trying to push me away and she said “You perv” and I smiled and said “Please?” and I kept fucking her and then she said “Oh daddy” and “Fuck me daddy” and things like that but she was giggling and just being silly and I could tell she didn’t mean it but it was hot anyway.And then she stopped saying it and stopped laughing and just closed her eyes and she rubbed herself and I had her legs on my shoulders and she rubbed herself faster and when she was about to come she covered her mouth with her hands and said “Ooh ffu-uck! Mee! Daah-aad!” into them and I didn’t think she was being silly now, and her body convulsed and she said “Nnngh! Nnngh! Nnngh!” and when it was over and I pulled it out of her I was a little too quick and she said “Ow ow ow” because her asshole had tightened around it when she came and I said “Sorry”, and I laid down beside her and looked at the strap-on sticking up from my pussy and I said “It’s not even that big, you need to practice more”.And she turned on her side and grabbed it and pretended to jerk me off and it was still slippery and she said “Yes, daddy, let’s do it again” and she was being silly again.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Le coabaye familiale et plus suite 3

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Le coabaye familiale et plus suite 3Le lendemain, en rouvrant les yeux, je pus constater avec surprise que je m’étais réveillé dans mon propre lit. Je commençai d’abord par me demander si ce que j’avais vécu avec Morgane et ses copines n’avait pas été un rêve. Cependant, à la vue de mon corps nu et de mes vêtements de la veille soigneusement pliés sur la chaise de mon bureau, je compris que ma soeur et ses amies m’avaient ramené dans ma chambre afin d’éviter d’être surpris par nos parents. Je sortis de mon lit et m’habillai avant d’aller prendre mon petit-déjeuner. Lorsque j’arrivai dans la cuisine, Morgane était déjà en train de manger. Je pris ma tartine et ma tasse de lait puis m’assis en face d’elle. Pendant que nous mangions, ma soeur relança le sujet de la veille. — Alors, hier soir? Tu as aimé notre petite surprise?— Si j’ai aimé? Mais non, j’ai adoré!— Et est-ce que tu as aimé nous servir de cobaye?— Euh… Oui. Ça a été une belle expérience pour moi. — Tant mieux alors parce que les filles et moi aimerions encore tester quelque chose sur toi. — D’accord. Qu’est-ce que c’est?— Je suppose que tu sais ce qu’est la sodomie. Et sais-tu ce qu’est un gode-ceinture?— Bien sûr mais… Non! Je ne veux pas me faire sodomiser; ça fait mal!— J’étais certaine que tu dirais cela mais ne t’inquiète pas: tu seras largement récompensé. — Bon… Et… Comment vous est venue cette idée? Vous ne m’en aviez jamais parlé avant. — J’allais y venir. Pendant que tu dormais, après t’avoir ramené dans ta chambre, nous avons discuté entre filles de ce que nous avons vécu avec toi et puis la conversation a fini par tourner autour de nos vies sentimentales respectives. C’est là qu’Élodie nous a dit, à Thu Jin et moi, que son copain la négligeait au lit et en dehors et que, depuis qu’elle l’a trompé avec toi, ça lui a paru comme une évidence qu’elle devait commencer à montrer plus de poigne dans leur relation pour que cela change. C’est-à-dire illegal bahis dominer son petit ami mais, d’abord, elle doit être prête à l’affronter. C’est pour cela que nous souhaitons expérimenter nos godes sur toi. Tu es d’accord de nous servir de cobaye encore une fois?— Ça dépend… Qu’est-ce que je gagne comme récompense?— Nous y avons réfléchi : bien entendu, tu pourras nous sodomiser à ton tour et, ensuite, tu pourras nous demander ce que tu veux. Tous tes désirs seront des ordres. — Hum… Oui, c’est d’accord. Marché conclu. Je tendis la main vers ma soeur afin de sceller notre accord. Celle-ci éclata de rire. — Allons, petit frère! Après ce que nous avons vécu hier soir, on pourrait sceller notre pacte autrement!Ma soeur se leva de sa chaise et m’embrassa à pleine bouche. — Marché conclu. Je vais envoyer un message à Élodie et Thu Jin pour leur dire que tu es d’accord. Nous ferons ça cet après-midi, pendant que papa et maman seront au travail. Ma soeur sortit de la cuisine et monta les escaliers qui menaient à sa chambre. Après que j’eus fini de manger, je débarrassai la table et montai dans ma chambre. Morgane m’y rejoignit quelques minutes plus tard en m’annonçant qu’Élodie et Thu Jin avaient confirmé leur présence cet après-midi. — Elles arrivent pour treize heures. Il est déjà onze heures. Par conséquent, il faut que nous nous préparions. Viens, suis-moi. Je sortis de la pièce à la suite de ma soeur qui me guida jusque dans la salle de bain. — Bon, je vais t’expliquer comment cela va se dérouler : la sodomie, ça fait mal si l’on n’a pas les fesses propres. Par conséquent, il va falloir te faire un lavement afin que tu puisses plus facilement supporter les pénétrations de nos godes. — Euh… Bon d’accord. Et toi? Et tes copines?— Ne t’en fais pas : j’ai déjà fait mon lavement hier soir et j’ai demandé à Élodie et Thu Jin de faire le leur avant de venir. — D’accord. Bon, on commence?Ma soeur releva le couvercle illegal bahis siteleri des toilettes et retira le pommeau de la cabine de douche. — Mets-toi à quatre pattes, petit frère. J’obéis à l’injonction et Morgane enfonça délicatement l’extrémité du tuyau entre mes fesses. — Bon, je vais faire couler l’eau dans tes fesses. Dès que tu sentiras ne plus pouvoir retenir l’eau, tu me le diras et j’arrêterai. Ensuite, tu te videras dans les toilettes. Compris?Je hochai la tête en signe de compréhension et ma soeur tourna la manivelle d’eau froide. L’eau me remplit très rapidement les fesses, tant et si bien qu’au bout de quelques secondes, je demandai à Morgane d’arrêter de faire couler l’eau. Mon aînée coupa l’eau et j’allai me vider dans les toilettes. Nous répétâmes l’opération trois fois puis ma soeur décida de mettre fin au lavement. Lorsque nous fûmes sortis de la salle de bain, Morgane regarda sa montre. — Oh la la! Il est déjà midi et demi! Va dans ma chambre, déshabille-toi et mets-toi à quatre pattes par terre, le fessier orienté vers la porte.J’obéis à l’ordre de mon aînée et attendis patiemment l’arrivée d’Élodie et de Thu Jin. Soudain, la sonnette de la porte d’entrée retentit. J’entendis ma soeur ouvrir la porte et la refermer aussitôt. Des bruits de pas résonnèrent dans l’escalier et la porte de la chambre s’ouvrit, livrant passage à mes trois biologistes préférées. Elles étaient toutes les trois en tenue d’Eve et chacune avait un gode-ceinture attaché au niveau de ses reins. Morgane, Élodie et Thu Jin se positionnèrent en demi-cercle autour de moi. — Bon, Alex. Voilà comment cela va se passer : nous allons, chacune à notre tour, te sodomiser et tu devras obéir à tout ce que nous te dirons. Ensuite, une fois que nous aurons fini, tu pourras nous demander ce que tu veux. Compris?Je hochai la tête en signe de compréhension. — Parfait. Élodie, commence. Élodie se saisit de son faux phallus et canlı bahis siteleri l’enfonça lentement, centimètre par centimètre, entre mes fesses. Contrairement à ce à quoi, je pouvais m’attendre, la pénétration ne me fit pas souffrir. Cela devait être probablement dû au lavement que ma soeur m’avait fait. Après s’être assurée que la pénétration ne me faisait aucun mal, Élodie commença à accélérer son mouvement de va-et-vient. Morgane se plaça face à moi et mit son gode dans ma bouche. — Suce.J’obéis à l’injonction et m’appliquai à sucer au mieux le pénis factice de ma soeur pendant qu’Élodie allait et venait de plus en plus fort en moi. Thu Jin, quant à elle, se contentait d’admirer la scène avec ravissement. Puis Élodie finit par se retirer de mon anus et décida de céder sa place à Thu Jin. Ma soeur retira son gode de ma bouche. Elle se retourna et cambra ses fesses en direction de ma bouche. — Lèche. J’obéis à nouveau à l’injonction et m’appliquai à procurer le plus de plaisir possible à mon aînée sous les puissants coups de reins de Thu Jin. Élodie retira son gode-ceinture et continua à admirer la scène. Thu Jin se retira à son tour de mon anus et retira son gode-ceinture. Morgane se redressa et se positionna derrière moi tandis que les deux autres s’étaient placées en face de moi. Ma soeur commença à me sodomiser à son tour. Elle y alla allègrement, les godes de ses copines m’ayant bien dilaté l’anus. Élodie prit mon visage et le plaqua sur son entrejambe que je me mis à lécher avec passion. Après quelques secondes de cunni, Élodie tourna mon visage vers Thu Jin qui, comme elle, le plaqua sur son sexe en me le faisant lécher avec plaisir. Élodie et Thu Jin continuèrent à me faire faire la navette entre leurs deux sexes pendant quelques minutes sous les assauts de Morgane. Ma soeur se retira de moi et ôta son gode-ceinture. — Bon, eh bien, merci, petit frère. Nous nous sommes bien amusées. J’espère que toi aussi. Et maintenant, nous sommes tout à toi. Que veux-tu que nous fassions?Bonne question. Les idées se bousculaient dans ma tête et je ne savais pas par où commencer. Puis, sous l’effet de l’adrénaline et de l’excitation, une idée me vint à l’esprit.[ à suivre ]

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

La Voisine d’en Face (1)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blowjob

La Voisine d’en Face (1)Quand tout a commencé, je venais de m’installer dans un nouvel appartement. Un grand 4 pièces qui allait me changer la vie. Rapidement je commençais le déballage de mes cartons, et mettait en place mes meubles. Je pouvais enfin profiter d’un balcon pour la première fois de ma vie. J’avais 27 ans et je venais de me séparer de ma copine, quelques mois auparavant. Je fis un tour sur le balcon pour prendre un peu l’air et regarder aux alentours. Mon immeuble en avait un autre plus petit en vis-à-vis mais ça n’était pas gênant. De nature un peu voyeur, je fis le tour des appartements d’en face avec les yeux. Et rapidement je les vis, plus ou moins un étage en dessous du mien, pile en face de mon balcon, un couple dans le plus simple appareil s’amusait sur le grand canapé qu’ils avaient canlı bahis dans le salon. Je regardais en plissant les yeux pour m’assurer que je n’imaginais rien mais compris que c’était bien le cas. L’homme était noir, un beau noir foncé et donnait de grand coups de hanches dans l’entrejambes de la femme métissée qui agrippait à lui. Je m’accouda a mon balcon et fis mime de regarder autour de moi mais mes yeux ne se détachèrent pas de la scène. Les voisins possédaient des rideaux gris légèrement opaque mais avec la tombée de la nuit, je voyais chez eux comme s’il n’y avait rien. Peut-être pensaient-ils être à l’abri derrière leur rideau. Toujours est-il que je regarda la scène en bon voyeur pervers. L’homme retourna la femme et je pu apercevoir même de loin sa croupe incroyable et son anus clair. Il la prit bahis siteleri en levrette pendant de longue minutes, puis se laissa tomber à son tour sur le canapé pendant que la femme vint chevaucher son gros sexe tendu (il était énorme même de loin).Je regardais la scène en bandant fort. Elle était tellement sensuelle avec sa façon de se balancer sur ses hanches. Soudain je sentis mon sang se glacer, la femme venait de tourner la tête dans ma direction. Je fis mime de détourner le regard mais je n’étais même pas sûr qu’elle me voyait à travers son rideau. Elle continuait à se balancer sur le sexe de son amant, la tête toujours dans la même direction, donc je me dis qu’elle n’y voyait rien. Je continua donc de mater pendant qu’elle accélérait le rythme de ses hanches. Je la vis hocher un peu la tête bahis şirketleri dans ma direction, mais pour moi il était alors clair qu’elle ne me voyais pas, puis elle s’éjecta de la grande queue de l’homme pour venir le terminer à la bouche. Je n’y vis pas grand chose si ce n’est un soubresaut de l’homme et la jeune femme qui se releva pour partir dans un couloir, probablement les toilettes.Je restais là à continuer de mater comme un pervers tandis que l’homme, assommé, se releva et partit se chercher à boire dans la cuisine qui était au fond de la pièce, à peine visible à mes yeux. Mais un mouvement dans le coin de mon oeil droit me fit tourner le regard. Mon sang ne fit à nouveau qu’un tour… La jeune métisse, recouverte d’un t-shirt, me regardait depuis la fenêtre de sa chambre, celle d’à côté et me fit un petit coucou de la main avant de faire volte-face et de repartir dans le couloir pour retrouver son amant dans le salon…J’étais grillé… mais ce n’était que le début de quelque chose de tellement plus ouf…A suivre…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

secrétaire…. mais pas queue (chapitre 2/3)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

secrétaire…. mais pas queue (chapitre 2/3)Les jours ont passé et je commence à oublier cette histoire. Mais Emmanuel avait de plus en plus de mal à remonter la pente. En effet, cette rupture de coopération était parvenue aux oreilles de nombreux promoteurs qui, sans savoir la réelle cause, préféraient avoir à faire à quelqu’un de plus stable et plus posé. Nous voilà bien, même quand il n’est pas là, il arrive encore à nous atteindre.Un nouveau rendez-vous est pris entre Stéphane et Maître BERTRAND. J’essaie de demander à une collègue de le recevoir à son arrivée. Malgré tout, on m’appelle encore dans le bureau pendant le rendez-vous. – « Otez votre chemisier, Sandrine s’il vous plait. »Encore… bon faisons ça vite alors, ça va amusez ce gros con quelques instants et il ira se branler comme un vieux pervers. J’enlève mon chemisier.- « Votre soutien-gorge aussi. »Je l’enlève. Mes seins sont à l’air devant ses deux vicieux. Maître BERTRAND ne perdait pas une miette de ce qui se passait. Stéphane se lève, regard méchant et pervers, descend sa braguette et sort son sexe déjà tendu. – « Mets-toi à genoux et suce-moi » m’ordonne-t-il.Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment, mais je le gifle de toutes mes forces. J’entends encore la claque résonner dans la pièce. Et je lui crie :- « Comment tu me parles, sale pute ! Tu crois vraiment pouvoir me donner des ordres avec une aussi petite bite ! Ferme ta gueule et range ce qui te sert à pisser dans ton futal. Tu n’es qu’un sac à merde et jamais tu ne pourras me baiser comme il se doit. »On est resté là tous les 3 à se regarder güvenilir canlı bahis siteleri pendant une bonne minute. J’attendais qu’on me dise de partir ranger mes affaires. Contre toute attente, Stéphane baissa les yeux, et rangea sa bite. Je remets mon soutif, mon chemisier et en sortant, je dis tout haut ce qui me passe dans la tête « pfff, pas de couilles ni l’un, ni l’autre ».Je ne sais pas ce qui m’a pris, et je m’attendais à recevoir ma lettre de licenciement dans les jours suivants…mais rien. Je dois avouer que ça ne m’a pas déplu de les envoyer chier l’un comme l’autre. J’étais fière de moi.A la maison, on en était revenu à la même chose, routine, mauvaise humeur, inactivité… Je me disais même que cette mésaventure avait du bon puisqu’elle mettait un peu de piquant dans ma vie actuelle. Le rdv suivant ne s’est pas fait attendre. Qu’est-ce qu’il voulait à la fin ? me baiser ? sa revanche ? A nouveau dans le bureau, les mêmes trois personnes. Stéphane me dit alors -« Maitresse, ordonnez et nous obéirons. »Putain mais c’est quoi ce délire, ils sont à genoux devant moi. Leur regard avait complètement changé. On aurait dit deux petits chiens. En fait, la situation m’amusait, et je voulais savoir jusqu’où on pourrait aller. Je ferme la porte du bureau à clé. Pour tester, je leur demandais de marcher à 4 pattes, d’aboyer, de me lécher les chaussures. C’est qu’ils obéissaient bien, mes petits chiens. Je tapais aussi un peu, le dos, les bras, les pieds, les couilles… tout y passait. Ils encaissaient sans broncher. Je dirais même qu’elle m’excite güvenilir illegal bahis siteleri cette situation. Je m’assoie sur le bureau, les pieds sur les 2 chaises « invités ». Je leur ordonne de se mettre debout face à moi. J’écarte un peu les jambes et je commence à me masturber devant eux. C’est tellement bon de les voir me reluquer, la bave aux lèvres sans pouvoir faire quoique ce soit ! Je mouille énormément. Je leur ordonne de sortir leur queue et de se branler en me matant. J’écarte bien les cuisses maintenant, et je me masturbe avec trois doigts. Ça fait tellement longtemps que je ne me suis pas masturbée… quel bien être, quel relâchement, quel bonheur de pouvoir tout contrôler… la vitesse de mes doigts, le mouvement, aller chercher mon clitoris, mon anus, et faire tout ça devant 2 hommes, à mon travail, assise sur le bureau de mon boss…Un fantasme ? Je ne sais pas mais j’ai joui de toutes mes forces, tellement que j’ai giclé sur le bureau, j’ai inondé de ma cyprine tout un tas de dossiers qui n’avait rien demandé. J’ai peut-être perdu connaissance quelques secondes après cette jouissance. Je me suis relevée, l’entre-jambes dégoulinant, les mains mouillées et je me suis rapprochée d’eux. J’ai essuyé mes mains sur leur visage, insérer mes doigts dans leur bouche avant d’att****r leur cou et de serrer fort. Ils devenaient rouge ces salauds. Je relâchais de temps en temps la pression et je serrais à nouveau. Ils continuaient de s’activer sur leur queue jusqu’à ce qu’ils éjaculent sur la moquette. Je gifle mon boss et je lui ordonne d’aller güvenilir bahis şirketleri nettoyer ce liquide dégoutant parce qu’il était hors de question que la femme de ménage s’en charge. Le pire …c’est qu’il l’a fait !Toute la soirée, j’ai repensé à ce qui s’est passé. Je n’en ai pas parlé à Emmanuel. Il ne comprendrait pas et surtout il serait capable d’aller se battre avec tout le monde. Alors que je pourrais tirer avantage de cette situation. Cette nuit-là, discrètement dans le lit conjugal, je me suis caressée à nouveau. J’ai commencé par de petits ronds sur mon clitoris avec ma main droite. Je commençais à mouiller, alors j’ai écarté les lèvres de ma chatte et j’y ai inséré mon majeur et mon annulaire. Sans y prêter attention, je me suis rendu compte que je suçais les mêmes doigts de ma main gauche. J’avais besoin d’une bite pour me défoncer, j’avais envie de baiser intensément, pas juste faire l’amour. De toute façon, le gros balou à côté de moi était en train de ronfler. Je me suis levée discrètement, j’ai mis un manteau sur ma nuisette et je suis partie marcher. Il faisait froid et pourtant j’avais chaud à l’entre-jambe. Je comprends mieux l’expression avoir le feu au cul ! Je regardais intensément chaque homme seul que je croisais. Aucun ne semblait comprendre que j’avais envie de baiser, peu importe qui. Du coup, je commence à ouvrir un peu plus mon manteau. Il commençait à se faire tard et mon excitation retombait doucement, quand je croise deux jeunes hommes, grands, métissés, la vingtaine, on aurait dit 2 frères tellement ils se ressemblaient. J’ouvre ostensiblement mon manteau en passant entre eux. A peine s’est-on croisé que l’un d’eux m’interpelle :- « Madame, on peut vous aider ? » – « Oui messieurs, je cherche une bonne queue pour me défoncer »- « Vous pourriez en avoir deux pour le prix d’une »- « Je n’ai jamais fait ça, mais j’ai suffisamment de place »

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32