Echanges

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

EchangesJ’avais commencé les échanges scolaires au collège. Comme nous étions trois filles à la maison, mes parents recevaient des filles et je partais en Allemagne pour apprendre l’allemand. J’ai toujours détesté cette langue.L’année du bas, je suis partie pour la dernière fois à Francfort. Je ne connaissais pas cette famille et je m’attendais à ce qu’il y ait des filles mais il n’y avait que le garçon, sa sœur ayant préféré aller chez sa grand-mère.J’étais sur place et je n’allais pas en faire une histoire et quand j’ai appelé mes parents, je leur ai dit que tout va bien. Restait que les parents de ce garçon travaillaient dans la restauration et ils partaient vers cinq heures le soir pour revenir après minuit.Je n’avais pas mis longtemps à me rendre compte que le garçon me tournait autour. Il était mignon mais j’avais déjà un copain en France. Le premier soir, j’ai préféré rester dans ma chambre mais le soir suivant, il a bien fallu que je sorte avec lui.Une fois dans la rue, il m’a dit qu’il connaît un endroit qui devrait me plaire. Je suis montée dans la Mercedes et il m’a emmenée dans les rues glauques, celles où certaines maisons ont une lanterne rouge au-dessus de la porte.Des types rodaient au dehors et des femmes sortaient de temps en temps pour fumer une cigarette et tous avaient l’air de se connaître. Le garçon a fini par me demander ce que j’en pense et comme je ne répondais rien, il m’a dit qu’il faut bien qu’il y ait une offre s’il y a un besoin. C’était imparable. Après il m’a demandé si ça me dit d’aller boire un verre à l’intérieur du bordel.Je l’ai suivi. A l’intérieur, les filles se moquaient de moi en disant que je veux leur faire de la concurrence. Une d’elles a dit que j’ai tout ce qu’il faut pour réussir dans ce métier. On m’a même diyarbakır escort dit que ce n’est pas très fatiguant, qu’il n’y a pas besoin de diplôme puis un client m’a offert d’aller faire une passe avec lui.Je ne savais plus où me mettre. Heureusement le garçon m’a sorti de là et nous sommes partis.Une fois dans la voiture, je lui ai demandé pourquoi il m’avait emmenée là et il m’a répondu qu’en France, les filles sont sur le trottoir tandis que chez lui, c’est mieux, parce qu’elles sont en maison et qu’elles sont suivies médicalement.Après, il m’a dit qu’il voudrait me bouffer le cul. Forcément, de but en blanc, ça m’a fait un choc. Il a ajouté que je n’y trouverai que du plaisir. Il insistait et je lui ai dit que je voulais rentrer mais il insistait encore et j’ai fini par céder.Il s’est arrêté dans une ruelle sombre. Il a baissé le dossier de la banquette puis il m’a dit de me mettre à quatres pattes et il a baissé ma petite culotte sur mes genoux puis il m’a répété que tout ce qu’il veut c’est me donner du plaisir et il a posé sa main sur mes fesses et il les a écartées et il s’est mis à lécher mon anus. Il m’a donné des coups de langue violents et des coups tout doux et, petit à petit, j’ai fini par y prendre du plaisir.Je ne voyais pas très bien ce qu’il faisait derrière moi. Il m’a dit que j’ai un cul magnifique puis il a ajouté que je suis bien mouillée. Je sentais bien que quelque chose se passait et quand il m’a demandé s’il peut lécher ma chatte, je lui ai dit que c’est sale mais c’était parce que je n’avais jamais fait ça. Mon petit ami se contentait de me faire l’amour et pour parler crument, je dirais qu’il se contentait de tirer son coup sans s’occuper de mon plaisir.Le garçon m’a léché la chatte et quand il s’est mis à lécher escort diyarbakır mon clitoris, ma tension s’est accélérée et j’ai su que j’allais avoir un orgasme, ce qui n’a pas tardé. Le garçon a passé ses doigts dans ma fente puis il les a retirés et il m’a dit que je suis vraiment belle.Après tous ces compliments, je ne pouvais plus lui refuser quoi que ce soit. Je lui ai dit de me prendre mais il ne semblait pas vouloir et si j’ai insisté, nous sommes rentrés sans l’avoir fait.- A la maison, m’avait-il bafouillé tout le long du trajet… J’avais fini par lui dire qu’à la maison il pourrait faire ce qu’il veut.Il m’a suivie dans ma chambre et il m’a dit de me déshabiller et j’étais complètement nue quand il est revenu. Il tenait un appareil photo. Je lui ai dit que je ne veux pas qu’il me photographie mais il m’a dit que je veux et je l’ai laissé faire. Après une bonne douzaines de photo, il m’a fait l’amour et il m’a prise dans tous mes trous sans que je m’y oppose. C’était la première fois que je pratiquais la sodomie mais le garçon était si prévenant que j’y ai pris du plaisir.Pas de chance car le lendemain je risquais d’être enceinte et je ne prenais pas la pilule et comme le garçon ne voulait pas mettre un préservatif, il ne nous est resté qu’une seule solution que vous devinez aisément mais ça m’était égal. Il me sodomisait et je me masturbais. Il couvrait mes fesses de sperme jusqu’à ce que je lui dise qu’il peut finir dans mon anus. Après j’ai eu mes règles et nous avons continué comme avant. Il ne restait plus que quelques jours où il aurait pu faire dans mon vagin mais je n’ai pas voulu prendre le risque et nous avons continué dans mon anus.A la fin de mon séjour, il m’a raccompagné à la gare avec ses parents. Je suis rentrée chez diyarbakır escort bayan moi. J’ai retrouvé mon copain et comme il ne faisait que tirer son coup sans s’occuper de moi, je lui ai suggéré de me prendre dans l’anus et je ne comprends toujours pas pourquoi il n’en a pas profité. Il s’est fâché et il m’a traité de putain et il a rompu. J’avais eu beau lui expliquer, il n’avait pas voulu me comprendre.Je suis restée six mois sans personne puis j’ai rencontré un homme près de la quarantaine. J’étais tellement amoureuse que j’ai fini par lui dire, un jour qu’il m’avait fait jouir plusieurs fois, que je ferais la putain pour lui. Il s’est mis à rire. Après il m’a dit que je suis trop belle pour me faire payer puis il m’a demandée si je l’aime assez pour faire ce qu’il me demandera. Je lui ai promis. C’est là que j’ai compris dans quoi je m’engageais car il m’a fait faire l’amour avec son ex. C’était la première femme avec qui je m’accouplais et il y en a eu d’autres mais la plupart du temps, c’était avec ses copains et j’ai fini par refuser de le faire et j’ai rompu. A vingt-deux ans, il était temps que je me case. Ça tombait bien. Mon père avait un associé dans son affaire. Un célibataire endurci. Un jour, je les ai surpris qui discutaient de moi.- Elle ne te plait pas, ma fille, lui disait mon père ? Quitte à la marier, je préférerais que ce soit avec toi !Son associé avait un peu plus de cinquante ans et je m’y suis fait. Six mois plus tard nous étions mariés. Dire qu’il y en a à la mairie qui ont cru que mon futur mari était mon père.Ma nuit de noce a été le summum du plaisir car ça a commencé tout doucement pour finir très haut. Avec mon mari, nous montions en puissance et l’orgasme qu’il m’a donné m’a emportée au ciel. Les jours suivants, il m’a demandé quand je serais fécondable. J’avais encore quelques jours à attendre et il m’a fait un enfant et j’ai eu encore plus de plaisir à faire l’amour avec un gros ventre et j’ai compris que mon mari m’aimait vraiment mais c’est une autre histoire.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir