suis je une salope 8

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

suis je une salope 8J’étais chez moi, tout était prêt ! J’avais pris une douche rapide, avais enfilé mon body, mis des piles neuves dans mon vibro afin qu’il ne me fasse pas le coup de la panne, les capotes étaient prêtes et attendaient patiemment sous l’oreiller. Je regardais l’heure sur mon portable et il m’indiquait 19h25. Bon, j’avais encore 5 minutes avant son arrivée, et décidais d’enfiler un peignoir afin de cacher la surprise que je lui réservais. Mais un doute me vint. Et si il avait la même réaction que Denis ? Comment me verrait il après ça ? Supporterais je un nouvel échec, surtout venant de Frantz ? Ah non, Salomé, le moment n’étais pas à la réflexion, il faut savoir se jeter à l’eau, comme on dit. La sonnette retentit, et je constatais avec plaisir qu’une fois encore, il était tout à fait à l’heure. Il ne s’était pas changé, j’imagine qu’il n’en n’a pas trop eu le temps, vu tout le boulot qu’on a en ce moment.-Bonsoir, toi. Me sourit il doucement en m’embrassant.-Salut. Répondais je en lui rendant son baiser. Tu veux boire quelque chose ?-Un peu d’eau suffira, merci.-Ok, alors installe toi, et mets toi à l’aise, je t’apporte ça tout de suite.Il s’installa dans le canapé, retira sa veste et je lui ramenais un verre d’eau de la cuisine.-Ok, tu restes là ? J’en ai plus que pour cinq petites minutes et je serais prête. Lui assurais je.-Ok, prends ton temps. Me dit il en sirotant son verre d’eau. Mais tu veux être prête pour quoi ?-J’ai une surprise pour toi, c’est tout ce que tu sauras. Lui répondais je d’une façon malicieuse.Je pénétrais dans ma chambre, poussa la porte, m’assurais qu’il ne pouvait rien voir, retirais mon peignoir, m’allongeais sur le dos, et après une certaine appréhension, mis le vibromasseur en route sur le mode de vibration “2”, et le promenais sur moi, lentement, très lentement, jusqu’à le poser sur mon clito. Le plaisir monta très rapidement, et savoir mon amant à juste quelques mètres de moi augmentait considérablement mon état d’excitation. Je laissais échapper malgré moi un gémissement de plaisir, un peu tôt à mon goût, mais observais les yeux mi clos l’embrasure de la porte, et j’entendais des pas se rapprocher de moi.-Salomé, est ce que tout v… Oh ! Dit il canlı bahis en passant la tête, me voyant finalement en train de m’exhiber sans la moindre gêne devant lui.Je voyais un sourire se dessiner sur son visage, un sourire satisfait, comme si il venait de faire la plus grande découverte du monde.-Oh, tout va bien, rassure toi. Murmurais je. Est ce que ca te plait, ce que tu vois ? Demandais je en passant ma main libre sur mes seins recouverts du tissu de mon body.-Et comment que ça me plait, ce que je vois. Répondit il.-Comment trouves tu le body que tu m’as offert ? Soupirais je de plaisir.-Il te va à merveille, Salomé. Tu es magnifique et pleine de surprises à ce que je vois.Je constatais à la bosse au niveau de son pantalon que mon spectacle ne le laissait pas indifférent, bien au contraire, et je décidais de jouer le jeu jusqu’au bout, emportée par mon désir.-Hmmm… Comme j’aimerais sentir ta queue dans ma bouche. Dis je en suçotant délicatement le bout de mon index en mimant une fellation, et en le fixant avec une lueur perverse dans les yeux. Et toi, tu aimerais sentir le doux parfum de mon fruit bien juteux ?-Salomé, je… Je ne sais pas ce que t’as prévu par la suite, mais là, je ne tiens plus. Dit il en s’avançant vers moi.Victoire ! Voilà la réaction que j’attendais d’un mec, un vrai. J’arrêtais mon vibro qui, je pense, ne me sera plus d’aucune utilité de toute la soirée, et avant que je n’ai eu le temps de faire le moindre geste ou de dire un mot, sa bouche s’était collée à la mienne pour un baiser passionné. Sa bouche me dévorait le cou, embrassait le tissu, ses mains me caressaient les seins par dessus mon body, et d’un simple geste, il fit doucement sauter l’attache qui dévoilait mon intimité trempée. Je sentais ses pouces écarter mes lèvres vaginales devenues sensibles et sentis sa langue laper mon jus à la source. Un cri s’échappa de ma gorge lorsque sa langue atteignait mon petit clito durci par le désir. Il le faisait rouler avec sa langue, jouait avec, faisait durer le plaisir pour mon plus grand bonheur. Je me raidissais, me tortillais, gémissais, tordais les draps de mes mains crispées, et les yeux écarquillés, je me lâchais dans sa bouche dans un râle profond, comme bahis siteleri si tout mon être me quittait dans ce fabuleux orgasme. Sa bouche mielleuse retrouva la mienne pour un baiser qui avait mon gout, mais je m’en fichais totalement. Je le déshabillais, fis voler ses fringues à travers la pièce, et comme possédée, je le fis allonger sur le dos et me jetais sur sa queue chaude et bandée à l’extrême.Je retrouvais la superbe queue qui me fait perdre mes moyens à chaque fois que je dois la sucer. Son parfum enivrant m’emplissait les narines, et mes yeux se fermèrent afin de la déguster de la façon dont elle le méritait, avec douceur, envie et amour. Mes yeux s’ouvrirent pour le regarder langoureusement pendant que ma langue caressait sa belle et délicieuse tige de chair de tout son long.-Oh, Salomé, tes yeux sont les plus beaux que je n’ai jamais vu et… Ooooh, ce regard de braise, ta langue est si chaude, si douce, si douée… Souffla t il.-Je crois que je suis tombée sous le charme de ta belle queue, je crois que c’est elle qui m’inspire. Je l’aime énormément, tu sais. Déclarais je entre deux baisers que le déposais sur son gland.-Moi c’est toi que j’aime !Sous le choc, j’interrompais ma fellation à l’entente de ces mots. J’ai dû mal comprendre, c’est pas possible. Il m’avait fait une déclaration d’amour ou le parfum de sa queue m’avait tellement enivré que j’avais rêvé ce que j’e venais d’entendre ?-Qu’est ce que tu viens de dire ? Balbutiais je en lui demandant je le plus sérieusement du monde en le regardant droit dans les yeux.-Je t’aime, Salomé ! Me dit il, en prenant mon visage entre ses mains.-Je t’aime aussi, Frantz ! Exultais je en l’embrassant de toutes mes forces.Je me plaçais à califourchon sur lui, son gland à l’entrée de mon écrin de plaisir, je le sentais frétiller, je voulais m’empaler sur lui, mais il me retenait.-Salomé, attends, je n’ai pas mis de capotes. Me freina t il.-Chhhhht ! Soufflais je sensuellement. Est ce que tu as confiance en moi ? Je suis sûre que si tu avais eu quelque chose, tu m’aurais déjà avertie, je me trompe ?-Salomé, tu sais que j’ai confiance en toi, et je n’ai rien d’anormal, mais…-Alors laisse moi faire. Je veux sentir la chaleur de ton amour se bahis şirketleri répandre en moi. Dis je doucement en m’empalant sur lui.-Salom…Mes yeux roulèrent de bonheur et de satisfaction en sentant cette colonne de chair pénétrer mon intimité trempée et offerte. Enfin, je me sentais remplie de son désir sans le moindre morceau de latex, m’interdisant de profiter pleinement de lui. Je débutais un joli déhanché sensuel du plus bel effet lorsque ses mains saisirent mes hanches, me fit rouler sur le coté et me retrouvais sous lui. Cette fois, c’est lui qui imprimait le rythme, et mes jambes enserraient sa taille afin de l’attirer au plus profond de mon être. Je ne me suis jamais sentie aussi heureuse que lors de cette union. Il alternait les mouvements de bassin rapides et fermes avec ceux qui devenaient lents et terriblement sensuels. Tous mes membres l’étreignaient, et sous une multitude de déclarations amoureuses, j’enchainais les orgasmes. Il se raidit, mes jambes qui l’enserraient lui interdisaient de s’en aller et sentais se répandre en moi toute la chaleur de son amour semblable à un volcan entrant en éruption dans un râle étouffé par un baiser brulant. Il finit par se retirer de moi à mon grand regret, mais c’était sa queue qui se recroquevillait, signe de sa satisfaction. Nous nous embrassions tendrement, pour nous congratuler de cette superbe séance sexuellement amoureuse.-Je t’aime, Frantz. Lui dis je tendrement.-Moi aussi je t’aime Salomé. Dit il en me caressant tendrement la joue, les yeux plongés dans les miens.Nos longs échanges de baisers et de caresses avaient eu don de raviver notre désir, et cette fois, mon body fut retiré afin qu’il puisse me voir dans la nudité la plus totale sans que je puisse éprouver la moindre honte. Nous remettions le couvert mais sans le moindre préliminaire, je n’en n’avais pas la moindre envie et visiblement lui non plus, je le voulais lui, tout de suite, sans tarder, tout simplement. Nous nous comprenions sans communiquer, il anticipait mes désirs et envies, et il me prit en levrette pendant un long moment qui termina par une autre jouissance de sa part m’emplissant entièrement le ventre. Repus, mais pleinement satisfaits, nous nous quittions avec peine. Peine presque aussi vite oubliée, car nous nous reverrons demain au boulot. Je pris un repas sur le pouce, et fila au lit pour sombrer dans un profond sommeil comme une bienheureuse, sommeil peuplé de rêves magnifiques.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir